L’AFD finance la lutte contre la mortalité infantile au Tchad

0

La lutte contre la mortalité infantile est une préoccupation mondiale. Au Tchad par exemple, l’Agence française de développement (AFD) a alloué une subvention de cinq millions d’euros pour combattre la mortalité infantile et maternelle. Financé sur trois ans, le projet sera mis en œuvre par un consortium regroupant deux ONG française et tchadienne et un groupe de recherche. Cette annonce intervient deux mois après l’engagement pris par le président français lors de sa visite à Ndjamena. Emmanuel Macron avait promis de soutenir l’émancipation des femmes au Tchad et en Afrique à travers plusieurs aides.

Cinq millions d’euros alloués par l’AFD, c’est une subvention conséquente pour améliorer la santé des mères et des enfants uniquement dans le Mandoul et le Logone Oriental. Deux provinces du Sud où les taux de mortalité infantile et maternelle sont alarmants.

« Le niveau de malnutrition aigüe et sévère est très élevé. Les jeunes filles ne connaissent pas bien leurs droits, mais aussi les principes en matière de santé sexuelle et reproductive. Donc, si on ne fait rien dans ces régions, très certainement, le taux de mortalité maternelle et infantile va augmenter », prévient Gladys Archange, directrice de l’association Care au Tchad.

Au programme : dotation en médicaments et en matériel médical, formation du personnel de santé. Mais pour le ministre tchadien de la Santé, Aziz Mahamat Saleh, la réussite de ce projet réside dans son approche communautaire.

« Beaucoup de centres de santé ne sont pas fréquentés. Et donc, on se dit qu’il faut inverser la tendance pour que, maintenant, ce soit les communautés qui s’engagent pour la santé. Nous avons un exemple: c’est un chef de canton qui s’est engagé dans son canton pour dire qu’aucune femme ne va plus accoucher à la maison. Et il en est le garant. Parce que c’est lui le premier à avoir l’information lorsqu’il y a un mariage, lorsqu’il y a un décès, lorsqu’il y a une naissance. Et c’est lui qui est à même de pouvoir nous accompagner. »

Plus de 500 000 Tchadiennes vont bénéficier de ce projet.

Moctar FICOU / VivAfrik                               

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here