Rwanda : Développement durable des zones humides urbaines dans la ville de Kigali

0

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre le ministère italien de l’Environnement et le ministère de l’Environnement du Rwanda, le Centre pour le climat et le développement durable de l’Afrique et le groupe Hera accueilleront la délégation rwandaise à Bologne les 2 et 3 avril.

Le projet « Développement durable des zones humides urbaines dans la ville de Kigali », financé par le ministère italien de l’Environnement, de la Terre et de la Mer (IMELS) dans le cadre de la coopération entre l’IMELS et le Rwanda, débutera par une visite d’étude à Bologne permettant le renforcement des capacités techniques et institutionnelles en matière de développement durable. La visite sera organisée par le Centre pour le climat et de développement durable de l’Afrique (ACSD) dans les locaux du groupe Hera.

Le projet de développement des zones humides urbaines durables vise à rendre la ville plus résiliente grâce à la réhabilitation des zones humides urbaines dégradées de Kigali. Très appréciées pour leurs fonctions environnementales et économiques d’une importance majeure, ces zones permettent, entre autres, le stockage et la libération de l’eau, la lutte contre les inondations et l’amélioration de la qualité de l’eau.

En suivant de meilleures pratiques environnementales, la ville de Kigali sera en mesure d’offrir des services de base tout en devenant une ville sûre, résiliente et respectueuse de l’environnement.

Dix représentants du gouvernement et experts des institutions rwandaises concernées échangeront sur des thèmes tels que la gestion des déchets urbains et l’évaluation des impacts environnementaux. Des visites d’usines de collecte, de plates-formes de récupération et de tri des déchets, d’usines de traitement des déchets, et d’incinérateurs produisant de l’énergie, seront organisées afin de donner aux délégués un aperçu du fonctionnement d’Hera. Un aperçu qui leur permettra d’identifier les nouvelles opportunités et les interventions envisageables dans leur pays d’origine.

Laisser un commentaire