L’initiative « choose Africa » officiellement lancée à Dakar (Sénégal)

0

L’initiative « Choose Africa » « constitue une réelle opportunité de financement et d’encadrement des startups et PME », c‘est ce qu’a laissé entendre le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du Plan, Amadou Ba lors de cérémonie officielle de lancement de cette initiative le 29 mars 2019 à Dakar, la capitale sénégalaise. Le ministre français de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, a pour sa part décrit «Choose Africa» comme le «nouveau visage de partenariat entre la France et l’Afrique». La vision de la France a donc pour but de booster l’entreprenariat africain. Le programme qui bénéficie d’un fonds de plus de 2,5 milliards d’euros sur quatre ans devrait financer et accompagner 10 000 petites entreprises africaines sur cette période.

Deux semaines après son lancement au Kenya, par le président Emmanuel Macron, c’était autour du Sénégal d’accueillir officiellement l’initiative « Choose Africa ». « Cette généreuse idée du président français, qui concrétise la volonté de la France d’accompagner la révolution de l’entreprenariat et de l’innovation en Afrique », a reconnu le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du Plan.

Une solution taillée pour les PME

Initié par l’AFD, «Choose Africa» est un accélérateur de croissance, soutenu par la mobilisation de plus de 2,5 milliards d’euros consacrés au financement des TPE et PME et startups en Afrique d’ici à 2022. Il s’agit de 1,5 milliard d’euros en lignes de crédit et garanties accordées aux banques locales pour financer les PME ou encore de garanties accordées aux banques pour couvrir le risque PME.

L’autre partie est composée d’un milliard d’euros en fonds propres : à travers d’investissements directs dans des entreprises ou via des investissements dans des fonds de capital-investissement orientés vers les PME. Au total, 10 000 entreprises africaines devraient être accompagnées d’ici à 2022, dont 600 en fonds propres et ce, à travers une prise de participation au capital de jeunes entreprises innovantes, via des investissements en direct ou encore via des fonds d’investissement de capital-risque.

Malgré la volonté politique des autorités sénégalaises, notamment la Délégation à l’entreprenariat rapide (Der) doté d’un fonds de 30 milliards de francs CFA, et qui sera porté à 100 milliards de francs CFA, pour les startups et PME, les jeunes entrepreneurs font face à un problème d’accès au financement. C’est pourquoi, « Choose Africa », le fonds de 2,5 milliards sur une période de quatre ans au profit de l’entreprenariat sur le continent constitue un appui de taille. Pour autant l’entreprenariat connaît un engouement sans précédent.

Selon Amadou BA, « malgré les contraintes liées au financement, aux qualifications, aux intrants, à l’accès aux marchés, etc., des entrepreneurs africains essayent tous les jours d’apporter des idées nouvelles. »

Cependant, « l’insuffisance des moyens financiers augmente les défaillances notées dans la maitrise de la chaine d’approvisionnement et de commercialisation. Cette absence d’appui financier limite leurs marges de manœuvre pour saisir les opportunités offertes par la montée en puissance », a-t-il précisé.

Sous ce rapport, l’initiative « Choose Africa » constitue, à côté des efforts des organisations sous régionales, de l’Union africaine à travers son agenda 2063, et de la Banque africaine de Développement- une réelle opportunité de financement et d’encadrement des micros et moyennes entreprises, a conclu le ministre sénégalais.

Modalités de financement des TPE, PME et startups

Le programme «Choose Africa» permet à tout entrepreneur d’identifier le type de financement adapté à son projet ou entreprise et de le présenter directement à l’AFD et à PROPARCO ou à leurs partenaires financiers. PROPARCO et l’AFD disposent de plusieurs solutions de financement destinées aux petites entreprises.

Cependant, au-delà du soutien financier, les entrepreneurs africains ont aussi besoin d’être accompagnés dans leur développement. Pour combler ce besoin, le second volet de «Choose Africa» mise sur la formation des entrepreneurs pour améliorer leurs pratiques environnementales, sociales et leur mode de gouvernance. Et ce, pour générer un écosystème favorable à l’entrepreneuriat et aux TPE/PME.

Présente en Afrique depuis plusieurs décennies, l’AFD accorde une priorité au Continent. En 2015, l’Agence a investi en Afrique subsaharienne près de 3,1 milliards d’euros, soit 38 % du total de ses financements. La somme parait énorme, mais son impact a été limité tant les besoins du Continent sont importants. Aujourd’hui, seuls 20% des PME en Afrique ont accès au prêt bancaire et 87% des startups sont privées de financement, selon les chiffres de l’AFD.

Moctar FICOU / VivAfrik           

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here