La jeunesse d’Afrique centrale intégrée dans les chaînes de valeur agricoles ?

0

Les éléments de réponse à cette problématique pourraient certainement découler de l’atelier que Le bureau sous-régional de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise du 10 au 12 avril 2019, à Libreville au Gabon un atelier sous-régionale visant le renforcement des capacités en vue de la promotion de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes dans les chaînes de valeur agricoles en Afrique centrale. 

Lors de cette rencontre sous-régionale, les éléments de réponse à la question : comment intéresser la jeunesse de l’Afrique centrale aux métiers agricoles ? pourraient certainement découler des différents échanges. L’atelier permettra de trouver des solutions aux nombreux défis qui jalonnent l’accès des jeunes urbains et ruraux aux emplois décents et aux opportunités de création d’entreprises viables et durables dans les chaînes de valeur agricoles.

Selon la FAO, cette rencontre revêt un intérêt particulier. Car, à l’instar du continent, l’Afrique centrale n’échappe pas à cette problématique où la population jeune de moins de 15 ans représente 45% de la population totale et le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) est de 14,8%, voire plus dans certains pays comme le Gabon où il est de 35,2%.

Or, souligne la FAO, les chaînes de valeur des secteurs agro-sylvo-pastoral et halieutique offrent pourtant des opportunités encore inexploitées. Lesquelles opportunités ont juste besoin d’être mises à profit pour stimuler la créativité, l’énergie, l’innovation et l’esprit d’entreprise des jeunes. Elles peuvent également être créatrices d’emplois décents dans différents domaines tout au long de ces chaînes de valeur.

La rencontre adoptera une approche participative et le contenu de l’atelier sera basé sur le travail et les expériences de la FAO, dans le domaine de l’emploi des jeunes, et d’initiatives d’autres organisations, en tenant compte du contexte sous-régional. Une analyse des besoins sera conduite au préalable et permettra d’affiner et d’adapter le contenu de la formation aux attentes spécifiques des participants.

L’ouverture de cet atelier a été ponctuée par des interventions du ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Alimentation, chargé du Programme Graine, Biendi Maganga Moussavou, du Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Hélder Muteia et, enfin, du Secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi.

Moctar FICOU / VivAfrik                            

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here