Le Kenya s’engage à stabiliser les prix des produits alimentaires de base

0

Le Kenya continue de vivre le calvaire engendré par la sécheresse qui a frappé le pays où le mauvais déroulement de la grande saison pluvieuse laisse présager des déficits alimentaires pouvant flamber les prix des produits alimentaires de base et des pénuries d’eau, selon les responsables des services météorologiques du pays.        

Pour faire face à ce désastre, le gouvernement devra prendre les mesures nécessaires pour maintenir stables les prix des produits alimentaires de base, suite à la sécheresse qui sévit dans le pays et qui menace de faire flamber les prix, notamment de la farine de maïs, a annoncé vendredi 19 avril 2019 le cabinet de la State House.  

Ainsi, le gouvernement va cèder 2 millions de sacs de maïs aux meuniers à un prix subventionné afin de réduire le prix de la farine sur le marché intérieur, rapporte Business Daily Africa. D’après Mwangi Kiunjuri, secrétaire d’Etat à l’Agriculture, ce volume proviendra des réserves stratégiques et le prix du sac de 90 kg devrait être compris entre 2 500 et 3 000 shillings.

Le président Uhuru Kenyatta qui a présidé jeudi 18 avril une réunion du cabinet à la State House à Nairobi a mis en garde les meuniers de ne pas tirer parti de la sécheresse pour faire monter le prix d’Unga (farine de maïs), produit de consommation de base au Kenya.

« Le Cabinet a prévenu que des mesures sévères seraient prises à l’encontre de ceux qui conserveraient du maïs et d’autres denrées alimentaires essentielles », a tweeté la State House.

Au cours de la réunion, le ministère de l’Intérieur a été chargé de présider un nouveau comité chargé de veiller à la bonne coordination des interventions du gouvernement face à la sécheresse.

Alors que le tarif du sac de maïs est déjà passé à 3.200 shillings contre 2.700 au début de l’année, de nombreux observateurs prévoyaient une flambée à 5.000 shillings en l’absence d’une intervention de l’Etat.

En outre, les transformateurs avaient exprimé des inquiétudes quant au fait que le prix du paquet de 2 kg de farine pourrait aller au-delà du record de 135 shillings établi en 2017.

« Il y a assez de maïs dans le pays pour le moment, jusqu’en juillet. Nous sommes conscients des évènements qui règnent autour des prix de la farine mais nous allons publier une déclaration à ce propos très prochainement », indique M. Kiunjuri.

A noter que le Kenya a produit 40,9 millions de sacs de maïs en 2018 contre 32 millions de sacs un an plus tôt.

Moctar FICOU / VivAfrik             

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here