La société Jindal Steel Power pourrait exploiter le gisement de fer de Ngovayang (Cameroun)

0

La compagnie Jindal Steel Power envisage exploiter le gisement de fer de Ngovayang grâce aux avantages fiscaux que l’entreprise ne cesse de solliciter. Ainsi, lors d’un tête-tête, le 29 avril 2019, entre le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé et Hervinder Singh, président International Projects chez Jindal Steel Power, le géant indien de l’acier, les deux hommes  avait articulé sa concertation sur l’état d’avancement du projet et, surtout, selon Ecofin « de recueillir les recommandations sur les préoccupations techniques relevant de l’administration des finances, en vue d’assurer un avancement serein des travaux sur le site des opérations ».               

Cet investisseur indien était accompagné de Guillaume Negou Tela, le directeur général de Camina SA, l’entreprise de droit camerounais à travers laquelle Jindal développe le projet de fer de Ngovayang, situé dans la région du Centre du Cameroun. Le ministre Camerounais des Finances était entouré, pour sa part, par des responsables de la direction générale des impôts.

Concrètement, selon les confidences glanées au ministère des Finances, les discussions entre les parties ont essentiellement porté sur les mesures fiscales devant faciliter l’opérationnalisation du projet d’exploitation du gisement de fer de Ngovayang, dont le potentiel n’est pas officiellement estimé à ce jour. La typologie des participants à cette rencontre le suggère d’ailleurs.

Longue marche

Pour rappel, Jindal Steel Power explore le gisement de Ngovayang depuis bientôt 5 ans, après le rachat des actifs de la junior minière australienne Legend Mining. Coût de l’opération : 17 millions de dollars. Le géant indien de l’acier s’était alors tourné vers le gisement de Ngovayang (trois permis couvrant une superficie d’environ 2970 km2) après sa tentative manquée de prendre possession du gisement de fer de Nkout.

Mais, le détenteur des actifs sur ce projet minier, la société britannique Affero Mining en l’occurrence, avait finalement fait faux bond à Jindal Steel Power, en dépit d’un accord de partenariat exclusif conclu en 2012 avec le groupe sidérurgique indien. Affero Mining avait fini par céder ses actifs sur le gisement de Nkout à la société IMIC, contrôlée par Ousmane Kane, ancien gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie et membre du Conseil d’administration d’Affero Mining.

Grâce au projet de Ngovayang, le Cameroun espère pouvoir mettre en évidence un nouveau gisement de fer « de niveau mondial », après ceux de Mbalam (3 milliards de tonnes de fer à cheval entre le Cameroun et le Congo), Nkout (2 milliards de tonnes) et les mamelles de Kribi (661 millions de tonnes).

Moctar FICOU / VivAfrik             

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here