Vers le renforcement du Programme d’urgence de lutte contre la sécheresse en Angola

0

La lutte contre la sécheresse et faim s’intensifie à Cunene, une province du sud-ouest de l’Angola qui a pour capitale Ondjiva. C’est dans cette province que l’on trouve le parc national de Mupa. Déterminé à faire face à ces fléaux, le Président Angolais, João Lourenço a affiché, samedi 04 mai 2019, sa volonté de renforcer le Programme d’urgence de lutte contre la sécheresse à Cunene. 

Le renforcement de ce programme préviendrait l’aggravation de ce phénomène naturel cyclique, qui continue à tuer des hommes et des animaux depuis octobre 2018, a soutenu João Lourenço, visiblement préoccupé par le fait que la situation allait se prolonger jusqu’aux cinq prochains mois, période de la saison sèche, soit de manque de pluie en Angola, qui commence effectivement le 15 mai.

Outre le renforcement de ce programme, la province de Cunene disposera d’un budget spécifique issu du budget général de l’État (OGE) de 2020, qui comprend des ressources pour faire face à la sécheresse et à la faim qui affectent des milliers de personnes et d’animaux depuis octobre 2018 dans cette région du sud d’Angola.

Le pays qui va bénéficier en juin prochain, un nouveau prêt supplémentaire de la Banque mondiale estimé à 1,2 milliard de dollars pour assurer l’exécution de projets d’infrastructures initiés par le gouvernement veut, grâce à l’autorisation du chef de l’Etat, couvrir exclusivement les programmes émergents destinés à lutter contre ces deux situations.  

« Au lieu de déclarer une catastrophe naturelle à Cunene, sachant que cela se produit chaque année, le chef de l’Etat a autorisé qu’on prévoie dans le prochain budget des fonds pour deux programmes d’urgence permanents, qui seront en vigueur entre trois et quatre ans », a déclaré, pour sa part, le gouverneur provincial de Cunene, Vigilio Tyova.

Se prononçant sur le bilan de ses visites de travail de trois jours à Namibe et à Cunene, deux provinces voisines durement touchées par la sécheresse, João Lourenço a laissé entendre que, face à la réalité des faits, « la réponse du gouvernement devra aussi être plus effective, à caractère d’urgence, pour une solution définitive ». A l’en croire, le gouvernement a pris des mesures d’urgence dans ce sens. Cependant, ce n’est donc pas en un jour que la solution aux problèmes sera trouvée, a-t-il ajouté.

« Les programmes que nous avons approuvés (Achat de bidons, des camions citernes, le forage de puits d’eau, la construction de barrages et de canaux qui s’y rattachent) seront mis en œuvre en l’espace de trois ans voire quatre ans », a clarifié le président de la République.

Pour sa part, Vigilio Tyova, indiqué que « le programme d’urgence contre la sécheresse succèdera aux actions d’urgence en cours pour atténuer les effets de ce phénomène (la sécheresse), qui a touché directement 857.443 personnes, soit 171.488 familles, ainsi que 907.572 bovins et 436 localités ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here