Divers sujets liés à l’environnement décryptés par la presse en ligne

0

Le rôle non négligeable que jouent les arbres dans la réduction de la pollution de l’air, la pression des défenseurs de l’environnement sur les entreprises et la mission de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), un groupe international d’experts sur la biodiversité font les choux gras de la presse en ligne. Et c’est le journal unenvironment.org qui ouvre le bal avec ce titre révélateur « Le purificateur d’air vivant dont les villes ont davantage besoin ».

Nos confrères ont profité de cette situation pour mettre en exergue l’importance des espaces verts dans les villes. « Pour les citadins ayant des vies bien remplies, les parcs urbains sont l’endroit idéal pour se détendre. Les arbres et les espaces verts présentent des avantages en termes de santé mentale et de bien-être, en plus d’être parfaits pour la détente et les loisirs », écrivent-ils. Avant d’ajouter « Les arbres contribuent également à réduire la pollution de l’air. Selon l’étude Tree and forest effects on air quality and human health in the United States (en anglais) les matières particulaires, qui sont particulièrement nocives pour nos poumons, sont retenues à la surface des arbres dont les feuilles agissent comment des filtres absorbant les gaz polluants », rappelle le site d’information.

L’effet rafraîchissant des arbres n’est pas non plus occulté par le journal. « Les arbres contribuent également à refroidir considérablement les températures dans les villes. Dans les climats chauds, la couverture forestière peut réduire les dépenses énergétiques liées à la climatisation, tout en réduisant la consommation de combustibles fossiles polluants qui alimentent ces systèmes de refroidissement. Des enquêtes expérimentales et des études de modélisation menées aux États-Unis (investigations and modelling studies) ont montré que l’ombre des arbres peut réduire les coûts de climatisation dans les logements individuels de 20 à 30% ».

Pour sa part, information.tv5monde.com s’intéresse à la pression des défenseurs de l’environnement sur les entreprises. Le quotidien titre à cet effet, « Les défenseurs de l’environnement augmentent la pression sur les entreprises ».

Dans le détail, notre source dénonce « l’avidité immorale du capitalisme : à coups d’actions spectaculaires et de déclarations coup de poing, les défenseurs de l’environnement font monter la pression sur les entreprises. Illustration mardi aux abords de l’assemblée générale du constructeur automobile Volkswagen à Berlin: des manifestants se couchent au sol pour un « die-in », au milieu de pneus et jantes de voitures éparpillés, derrière un faux cordon de police barré de la mention « scène de crime climatique » », lit-on dans le journal.

Pour qui, « fin avril, des tonneaux remplis de cadavres d’abeilles, et des militants déguisés, mimant des insectes à l’agonie au milieu de fumigènes, avaient accueilli les actionnaires du géant pétrochimique allemand Bayer, propriétaire de l’américain Monsanto, un producteur de pesticides honni des écologistes. Plusieurs marches seront organisées ce week-end dans le monde, contre Monsanto et d’autres géants de l’agrochimie pour réclamer un autre modèle agricole, à l’appel d’un collectif d’ONG ».

« L’IPBES (Ndlr : Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) a pour premières missions d’assister les gouvernements, de renforcer les moyens des pays émergents sur les questions de biodiversité, sous l’égide de l’Organisation des Nations unies (ONU) », informe de son côté le journal mediaterre.org.  

« La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine. Le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier », rappelle la même source qui cite le rapport de l’IPBES. A en croire le média susmentionné, le rapport a présenté aussi un éventail d’actions en faveur du développement durable. « Le rapport nous dit qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here