Abiy Ahmed lance l’opération « 4 milliards d’arbres » en Éthiopie

0

L’Éthiopie, souvent en proie à la sécheresse ou au déficit pluviométrique a procédé, sous la houlette du Premier ministre Abiy Ahmed, au lancement de l’opération « 4 milliards d’arbres ». A travers cette initiative, les autorités comptent « verdir » toute l‘Éthiopie. Une Éthiopie régulièrement en proie à la sécheresse, conséquence surtout du dérèglement climatique à travers le monde. Ce fléau contribue à la mort de près de 5 millions d’enfants de la malnutrition à travers le pays.

De l’avis de Abiy Ahmed et son équipe, plus de 4 milliards de nouveaux arbres pourraient émerger sous peu des terres éthiopiennes. Plus de 3 milliards de plants sont en cours de développement dans une pépinière aménagée par le comité ministériel présidé par le Premier ministre Abiy Ahmed qui a récemment procédé au lancement de l’opération « 4 milliards d’arbres ».

 « Bien que ce boisement ne résolve pas totalement les problèmes liés au changement climatique, il permettra néanmoins d’amoindrir ou d’atténuer des catastrophes naturelles », a-t-on estimé dans un site local.

Pour rappel, en 2017, la longue sécheresse engendrée par la rareté des pluies a entrainé la mort de plus de 2 millions de bêtes. Pire, un enfant de moins de 5 ans sur 2 souffre de malnutrition en Ethiopie, selon les estimations du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Toujours selon l’organisation onusienne, près de 85 000 enfants par mois ont besoin d’une prise en charge nutritionnelle.

C’est dans cette optique qu’elle a mis en place tout un système de soins spécialisés, notamment avec des pâtes nutritives. Ainsi, des milliers d’enfants en Éthiopie, mais aussi au Niger, au Congo, au Burundi, ou encore en Angola, ont été sauvés.

Cette campagne de reboisement, à terme, peut efficacement contribuer à la lutte contre le changement climatique, améliorer le taux des précipitations afin de booster l’agriculture dans le pays. Avec une agriculture performante, l’Ethiopie pourra faire face à l’insécurité alimentaire.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire