L’Afrique compte relever les défis liés à la faim et à la pauvreté via l’agriculture

0

Relever les défis auxquels est confronté le continent

Le Fonds fiduciaire africain de solidarité (ASTF), qui se veut être une puissante démonstration de solidarité entre les pays africains dans le but d’améliorer l’agriculture et la sécurité alimentaire, a besoin d’établir des partenariats plus vastes et de mieux tirer profit des dispositifs de financement afin de relever les défis auxquels est confronté le continent. Tel était le message de la FAO  à l’occasion de l’ouverture de la table-ronde des contributeurs de l’ASTF tenue à Malabo en Guinée Equatoriale. L’événement réunissait plusieurs Chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres et d’autres représentants de la communauté de développement en vue de recapitaliser le Fonds et de se lancer vers une seconde phase, plus ambitieuse.

La FAO a établi le Fonds fiduciaire africain  de solidarité (ASTF), un modèle de financement souple et commun, initié et mené par l’Afrique, pour l’Afrique afin de soutenir les initiatives et programmes de développement africains. Depuis son lancement en 2013, des centaines de milliers d’agriculteurs familiaux, ainsi que des femmes et des jeunes à travers 41 pays ont pu bénéficier de l’ASTF, qui a notamment permis de mener à bien plusieurs projets visant à stimuler les opportunités d’emploi en milieu rural, à augmenter la production agricole, à créer de nouvelles sources de revenus et à renforcer la résilience, , lit-on dans les colonnes de africanews.com.

L’UA appelle à transformer l’agriculture africaine par le biais de politiques plus appropriées

L’Union africaine (UA) a souligné mardi 11 juin 2019 la nécessité de promouvoir une transformation en profondeur de l’agriculture en Afrique par le biais d’une gouvernance, de mesures politiques et d’institutions plus appropriées. Le bloc panafricain, qui réunit 55 membres, a fait cette déclaration à l’occasion de la 15ème réunion continentale de la Plate-forme de partenariat du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA), qui s’est ouverte mardi à Nairobi, la capitale du Kenya. Cette réunion de quatre jours, qui est placée sous le thème « Améliorer le commerce et l’accès aux marchés pour une transformation agricole accélérée », est une rencontre continental annuelle. Elle rassemble tous les acteurs africains des secteurs de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, avec pour objectif de « résoudre les problèmes » qui existent dans ce domaine afin de « consolider et accélérer la transformation de l’agriculture en Afrique », a indiqué mardi l’UA à nos confrères de xinhuanet.com.

Avec le PDDAA, l’UA aspire à transformer en profondeur le secteur agricole

L’UA a également exhorté les pays africains et les institutions panafricaines liées au secteur agricole « à créer un environnement favorable au commerce des produits agricoles, grâce à une gouvernance, à des mesures politiques et à des arrangements institutionnels appropriés ». L’UA a également souligné la nécessité de renforcer les investissements et l’accès aux marchés dans le secteur agricole, afin de garantir une meilleure commercialisation de l’agriculture et une participation de tous les acteurs de la chaîne de valeur en Afrique, y compris les petits exploitants agricoles, les jeunes et les femmes. Avec le PDDAA, l’UA aspire à transformer en profondeur le secteur agricole dans le but de concrétiser les aspirations du continent à en finir avec la faim d’ici à 2025, note xinhuanet.com.

AGCO élargit son empreinte africaine

AGCO, Your Agriculture Company (NYSE:AGCO) (www.AGCOCorp.com), fabricant et distributeur international de matériel agricole, a ouvert un nouveau bureau au nord-est de la ville marocaine de Casablanca, qui lui servira de bureau de vente régional pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest. Cette inauguration succède à l’ouverture, en 2017, du principal bureau africain de l’entreprise dans le dynamique centre économique sud-africain de Johannesburg. Le choix opportun du Maroc pour accueillir AGCO est à la fois lié à sa situation géographique au nord-ouest du continent et à son rôle socioéconomique majeur dans la région depuis son retour au sein de l’Union africaine en 2016, ainsi qu’au soutien qu’il apporte à la promotion de l’intégration économique des pays africains. L’agriculture est l’un des principaux secteurs contributeurs de l’économie du Maroc, puisqu’elle représente près de 15 % du PIB et génère pratiquement 40 % des emplois. La politique agricole nationale du Royaume a joué un rôle clé dans l’orientation du développement du secteur de l’industrie agroalimentaire et la mise en avant des équipements en vue de moderniser le matériel agricole, a encore ajouté africanews.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here