Risques sur l’environnement : l’Algérie annonce la fermeture de plusieurs carrières

0

Fatima Zohra Zerouati, ministre algérienne de l’Environnement et des Energies renouvelables a annoncé, lundi 10 juin 2019 à Alger, la fermeture de plusieurs carrières dans la région de Chenoua en coordination avec les autorités locales de Tipasa. Au total, trois carrières seront fermées. Cette mesure intervient après la constatation des dangers qu’elles représentent sur l’environnement et les agglomérations situées à proximité des sites d’exploitation.   

Mme Zerouati s’exprimait lors d’une journée d’information et d’évaluation sur l’environnement (lutte contre la pollution). Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’environnement.

Mieux, Fatima Zohra Zerouati renseigne que « cette décision de fermeture a été prise après lecture des rapports des inspecteurs du ministère et compte tenu des réclamations des citoyens ». A cet effet, « un recensement a été immédiatement lancé, avec le ministère de l’Industrie, du nombre des carrières à travers le territoire national, où des équipes d’inspection contrôlent les activités de ces entreprises et s’assurent de leur conformité aux normes et leur respect de l’environnement », a indiqué la ministre.

Par ailleurs, elle précise que « plusieurs autres carrières ont été accompagnées et encadrées en vue de les mettre en conformité aux normes de l’environnement en vigueur, à travers la garantie d’équipements moins polluants ».

Mme Zerouati a en outre expliqué qu’une opération d’audit sera lancée, la semaine en cours, en collaboration avec la wilaya d’Alger, pour faire le point sur les déséquilibres et défaillances à l’origine des mauvaises odeurs qui se dégagent du centre d’enfouissement technique (CET) de Hamici à Alger si l’on sait que le CET est doté d’équipements modernes.

A l’en croire, l’audit permettra de lancer une opération de recyclage de déchets dans ce centre. De l’avis de la responsable algérienne, seul l’Etat se charge jusqu’à présent de la gestion des déchets, et qu’un changement des comportements s’avère indispensable pour une meilleure exploitation et valorisation de ces déchets.

Moctar FICOU / VivAfrik           

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here