Le continent africain accompagné dans l’assainissement et l’accès à l’eau

0

La Banque mondiale finance l’assainissement et l’accès à l’eau en Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire bénéficiera d’un financement de 150 millions $ de la part de la Banque mondiale, pour financer l’accès à l’eau et la santé. C’est ce qu’a annoncé un communiqué de l’institution publié la semaine dernière sur son site. Le nouveau financement a été accordé dans le cadre de la phase II du Projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu urbain (PREMU) de la Banque mondiale. Il permettra de fournir de l’eau potable à de nombreux Ivoiriens, de construire des installations d’hygiène et de moderniser les installations existantes dans des centaines d’écoles à travers le pays. Ce financement devrait donc bénéficier à plus de 1,2 million de personnes dans 12 villes secondaires de la Côte d’Ivoire. Il devrait également faciliter l’accès aux installations sanitaires des écoles à environ 90 000 élèves ivoiriens. « Ce financement aidera la Côte d’Ivoire […] à créer un environnement favorable au financement privé dans un secteur à forte intensité de capital, en renforçant les capacités des acteurs et la performance des services d’eau dans les zones urbaines », a indiqué à l’agenceecofin.com, Pierre Laporte, directeur pays de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire. Notons que le programme est prévu pour être mis en œuvre pour la période 2019-2024.

Madagascar : de l’eau potable dans le grand sud

Un projet d’une grande innovation vient d’être achevé dans la partie Sud de Madagascar plus précisément dans la région d’Androy. Le plus grand pipeline d’approvisionnement en eau potable dans le sud de Madagascar est désormais opérationnel. Vu la situation constante de crise alimentaire dans le grand sud à cause de la difficulté d’accès à l’eau potable, le gouvernement malgache ainsi que ses partenaires tels que l’Unicef et le gouvernement Japonais ont mis en place ce grand projet pour mettre fin le calvaire de la population. Force est de constater que Madagascar continue considérablement son émergence via les divers projets lancés par l’État. Nombreux sont aujourd’hui les vrais partenaires de Madagascar dans son programme de développement rapide. L’ambassadeur du Japon à Madagascar Ichiro Ogasawara a indiqué que le Japon va toujours continuer à soutenir Madagascar dans ses projets de développement. Une bonne nouvelle pour un pays nécessiteux qui veut à tout prix s’immiscer parmi les grands, informe afriquepanorama.com.

Assainissement : un nouveau départ pour Ozone Mali

La Société marocaine Ozone est arrivée en septembre 2014 au Mali avec pour  but de débraser Bamako de ses tonnes d’ordures afin de rendre la ville propre. C’est le principal souci des plus hautes autorités du pays. D’où la signature de la convention entre la société Ozone-l’Etat malien et la mairie du district de Bamako. Mais, l’impact des 9 milliards de F CFA promis, chaque année par l’Etat malien et la Mairie du District de Bamako, à travers ladite convention, à la société Ozone Mali n’est toujours pas assez visible dans les rues de Bamako. Après cinq ans de présence d’Ozone Mali, Bamako reste, toujours, une ville sale. Cela s’explique par plusieurs facteurs et la responsabilité ne peut être endossée par la seule société Ozone Mali qui réclame à ce jour un cumul de factures impayées estimé à  20 milliards de F CFA à ses employeurs que sont l’Etat et la Mairie du District. Pour palier tous ces problèmes, afin de donner un nouveau départ à la société Ozone, l’Etat malien s’est engagé à régler très rapidement des factures impayées. Pour donner d’amples informations sur l’évolution de la situation, le maire du District de Bamako, Adama Sangaré et le PDG du groupe Ozone, Aziz El Badraoui, ont conjointement animé, le vendredi 28 juin, à la mairie du district, une conférence de presse, renseigne malijet.com.

A cette occasion Adama Sangaré, a déclaré que « suite à tout l’effort que fait le gouvernement pour soutenir les collectivités dans le cadre du transfert des compétences, surtout en matière d’assainissement, nous avons toujours demandé à ce que vous les journalistes qui ont toujours nos partenaires dans le cadre du recouvrement des taxes, de nous aider,  afin que la TDRL et la taxe des voiries soient des réalités au quotidien pour nous ». Et de déclarer que je vous ai toujours dit et je ne cesserais jamais de le dire,  aucune cité, aucune ville aujourd’hui, ne peut gérer sa question environnementale sans les citoyens, ajoute la même source.

Eau potable fonctionnelle dans la localité d’Abéché au Tchad

Le samedi 29 juin 2019, a été le lancement officiel à la pose de la première pierre du projet de construction d’alimentation en eau potable de la ville d’Abéché, sous le haut patronage du président de la République Idriss Deby Itno. En effet, depuis quelques années dans cette localité la population a souffert à l’encontre de la pénurie d’eau qui sévit, d’où cette nouvelle infrastructure concrétise les besoins et attentes de la population. Ce projet entre en marge avec l’appui du financement de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique(BADEA) et du fonds saoudien de développement, en total 40 milliards de francs CFA ont été le budget pour ce financement, un projet intitulé Bitéha 2 dont le suivi et l’entretien se poursuivent grâce à l’appui du Président de la République, lit-on dans les colonnes de afriquepanorama.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here