RDC – lutte contre l’insalubrité : les femmes appelées à soutenir l’autorité urbaine

0

Les autorités de la République démocratique du Congo s’investissent, depuis quelques temps, dans la lutte contre l’insalubrité dans la capitale, Kinshasa. C’est dans cette perspective que la coordonnatrice  de l’ONG « Femmes vertueuses, femmes saines», Albertine Ndeke, a exhorté ses pairs, lors d’une journée de sensibilisation organisée lundi 1er juillet 2019, dans la commune de Kisenso, à accompagner la politique de l’autorité urbaine.   

Dans son discours de campagne et dans son programme présentés aux élus provinciaux de la capitale, le gouverneur Gentiny Ngobila avait dévoilé un « Plan de lutte contre l’insalubrité », en l’occurrence, les ordures ménagères produites souvent par les femmes dans leurs activités culinaires, a d’emblée rappelé Albertine Ndeke. Mme Ndeke a ensuite invité ses hôtes à prendre désormais la mesure des conséquences de ce fléau et de plaider pour une gestion responsable de ces détritus.

« La Régie d’assainissement de Kinshasa a affirmé dernièrement que la ville de Kinshasa produit par jour 90 000 tonnes de déchets, mais elle n’en dégage que 20 000 au quotidien par manque des moyens », a confié Albertine Ndeke. A l’en croire, les déchets solides provenant des ménages représentent une part importante dans ce lot.

Dans le soucis de rendre plus orthodoxe la gestion des déchets à Kinshasa, la coordonnatrice  de l’ONG « Femmes vertueuses, femmes saines », a lancé un message de conscientisation à l’endroit de ses paires pour vider les ordures ménagères dans des poubelles publiques installées par l’Hôtel de ville, avant de condamner les actes d’incivisme consistant au fumage des immondices pour prévenir la pollution d’air ou à les jeter dans des caniveaux de peur d’attirer des insectes parasites qui peuvent piquer l’homme et réduire sensiblement sa capacité de produire.

Pour elle, l’une des réponses efficace de lutte contre l’insalubrité grandissante dans la ville est la tenue régulière des campagnes de sensibilisation et des causeries morales pour permettre aux pouvoirs publics et aux partenaires dont les ONG évoluant dans le secteur de l’environnement à jouer leur partition.  

Mme Ndeke a profité de cette journée pour rappeler à chacun le bienfondé de vivre dans un milieu sain, l’importance de la lutte contre l’insalubrité et les conséquences fâcheuses d’un environnement malsain. Elle a enfin appelé à redynamiser la « Police d’hygiène et d’assainissement avec sa mission régalienne de contrôler et de faire arrêter les récalcitrants en leur infligeant le paiement des amandes tout en déplorant la léthargie du gouvernement, dans la mise en œuvre des textes accompagnant ces mesures portant notamment sur l’interdiction de produire et commercialiser des sacs et autres bouteilles en plastique.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here