Sénégal : la 36ème édition de la journée nationale de l’arbre célébrée à Lompoul

0

C’est désormais officiel. La 36ème édition de la journée nationale de l’arbre, prévue le dimanche 04 août 2019, sera célébrée à Lompoul, une ville située dans le département de Kébémer, région de Louga. C’est ce qui ressort du Comité régional de développement (CRD) spécial, présidé le 4 juillet, par le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall à la gouvernance de Louga.

Lors de cette réunion préparatoire de la 36ème édition de la journée nationale de l’arbre, le ministre a affiché toute son indignation contre « le phénomène insoutenable de la coupe abusive du bois au Sénégal ». Il a aussi profité de cette occasion pour inviter les populations à sacrifier « au reboisement de leurs terroirs dans une perspective de reverdissement de ces derniers, mais également de lutter contre la désertification et de repeuplement de nos forêts ».

Le ministre a encore invité les populations et les autorités locales à faire en sorte qu’« un patrimoine forestier intact » soit légué aux générations à venir. « J’invite tout le monde à la solidarité et à l’action. L’État ne peut pas venir arroser tous les arbres. C’est la raison pour laquelle les populations doivent jouer leur partition », a-t-il confié aux habitants de Louga. Les maires et les associations de femmes sont également invités à prendre part à la protection de l’environnement.

« Si on n’entretient pas nos forêts, cela aura une conséquence très négative sur nos conditions de vie. Je voudrais lancer un appel pour dire que le président de la République a fait un choix important, celui de léguer aux prochaines générations un patrimoine forestier intact ». Cet objectif sera atteint avec deux leviers essentiels, il s’agit de la protection des forêts et de la reforestation », a dit M. Sall.

Une campagne de « sensibilisation » sera déroulée par la Direction des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols, selon Abdou Karim Sall. « Autant nous maintenons la forêt, autant les cultures peuvent être davantage rentables. Nous devons stopper net l’avancée du désert dans les régions de Matam, Louga et Saint-Louis », a-t-il ajouté, appelant les populations de ces régions à reboiser la nature.

Le responsable a enfin annoncé une visite qu’il effectuera dans les régions de Louga et de Matam, pour s’enquérir du niveau d’avancement de la Grande Muraille verte. Avant de faire part de la création prochaine d’une « agence » chargée de la « reforestation ».

Moctar FICOU / VivAfrik            

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here