Gabon : les causes de la mort des carpes connues, l’interdiction de les consommer prorogée de 15 jours

0

Les autorités Gabonaises ont percé, mardi 6 août 2019, le mystère qui entoure la mort mystérieuse des carpes dans l’Ogooué, près de Lambaréné. A les en croire, les carpes seraient victimes « d’une bactérie de type Aeromonas veronii, présente naturellement dans l’environnement ». C’est ce que révèlent les premières conclusions de l’enquête scientifique diligentée par ses soins. Les poisons des lacs situés entre Ndjolé et Lambaréné seraient donc morts naturellement. Cette hypothèse écarte la thèse d’une pollution marine, avancée jusque-là. Le gouvernement gabonais a ensuite décidé de prolonger de 15 jours l’interdiction de pêche dans la zone sinistrée, selon un communiqué de presse.

Après avoir consacré « les meilleurs efforts (…) à la compréhension du phénomène », les autorités indiquent que « les résultats des analyses diligentées par l’Agence Gabonaise de la Sécurité Alimentaire (AGASA) ont permis d’écarter l’hypothèse d’une contamination d’origine chimique liée aux pesticides, engrais ou métaux lourds », lit-on dans le communiqué gouvernemental.

« Les analyses effectuées par le Centre international des recherches médicales de Franceville (CIRMF) ont révélé la présence anormalement élevée dans l’eau et dans les carpes trouvées mortes d’une bactérie de type Aeromonas veronii présente naturellement dans l’environnement », a ajouté le communiqué officiel. On se demande alors pourquoi le phénomène n’a jusque-là pas été observé auparavant.

Hormis les lacs situés entre Ndjolé et Lambaréné, le gouvernement annonce que d’autres foyers sinistrés ont été découverts « notamment dans les lacs Nkangue, Onangue, Wambe et Azougue, dans le petit lac à côté de Junckeville et à Sindara dans la Ngounie ». Toute chose qui oblige les autorités à prolonger « la suspension de la pêche et de la commercialisation de la carpe pour une durée de 15 jours ».

« Il est décidé de la prolongation de la suspension de la pêche et de la commercialisation de la carpe pour une durée de 15 jours. Nous continuons de recommander à la population d’éviter de manipuler le poisson trouvé mort et de porter à ébullition l’eau provenant de ces zones pour tout type d’utilisation », a annoncé le ministère de l’Agriculture et de la Pêche dans un communiqué. Qui précise que le gouvernement invite les populations à bouillir l’eau provenant des zones concernées avant tout usage.

La première interdiction de 15 jours remonte au 22 juillet dernier 2019. Libreville a diligenté plusieurs études pour comprendre ce phénomène de mort massive des carpes dans les lacs durant cette haute saison de pêche dans la région concernée.

Rappelons que la carpe est un poisson abondant dans la région de Lambaréné. Sa pêche est très fructueuse entre juin et septembre à cause de l’étiage dû à la saison sèche. C’est l’un des poissons préférés des Gabonais.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here