GGF : 4 millions d’euros de financement dédiés à la CAMENA

0

L’initiative Action pour le climat au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (CAMENA) a reçu un soutien de taille. En effet, le Fonds vert pour la croissance (en anglais : Green for Growth Fund ou GGF), un fonds d’investissement conseillé par Finance in Motion, a attiré 4 millions d’euros de fonds dédiés à cette initiative.

Outre cet investissement du Green for Growth Fund, il faut ajouter un autre soutien de 5 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement par le biais de la plateforme de financement pour le climat Luxembourg-BEI en 2018. Le GGF a ainsi accru sa capacité à mobiliser d’autres investissements privés pour des prêts écologiques dans la région.

Créé avec le soutien du ministère britannique du Développement international, rappelle le site d’information les-smartgrids.fr, CAMENA est géré par la BEI en tant qu’initiative visant à aider les pays du sud de la Méditerranée à lutter contre le changement climatique en finançant des initiatives sur le climat, comme le GGF.

La BEI soutient également les efforts déployés par le GGF pour promouvoir l’action pour le climat en fournissant des fonds supplémentaires via la plate-forme Luxembourg-BEI pour la lutte contre le changement climatique. Les investissements serviront à renforcer les «actions C» du GGF, une couche spéciale absorbant les risques, qui permet au fonds d’attirer des capitaux privés – ce qui est essentiel pour canaliser des volumes d’investissement plus importants afin d’obtenir un impact maximal.

Le portefeuille d’investissement de la région MENA a connu une croissance remarquable. Son volume a augmenté de plus de 50% en 2018 pour franchir la barre des 133 millions d’euros. Le GGF utilise des capitaux publics et privés pour financer des initiatives novatrices dans le domaine des énergies vertes, telles que le sous-projet Phoenix 50 MW du parc solaire de Benban en Égypte, le plus grand parc solaire au monde.

« Ce type d’initiatives permet à des fonds comme le GGF de devenir un témoin de l’influence que peut posséder le capital public pour engager du capital privé », a déclaré le président du GGF, Olaf Zymelka.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here