Le mouvement Gilets Verts lancé au Mali en vue de protéger l’environnement

0

La cérémonie de lancement du Mouvement « Les Gilets Verts, Mon environnement je m’en occupe », est présidée par le ministre Malien de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Housseyni Amion Guindo au palais de la Culture Amadou Hampaté Bah, en présence des membres du gouvernement, des autorités communales, des chefs coutumiers, des chasseurs et les gilets verts. Objectifs : Impulser un changement positif de mentalité en matière environnemental a été une opportunité pour les différents orateurs qui se sont succédés au présidium de vanter les mérites de la protection de l’environnement surtout en cette période de changement climatique. Au nom du conseil communal, Adama Konaté, conseiller, s’est réjoui du choix porté sur la commune V pour abriter un tel évènement d’importance capitale. « Bamako a la nostalgie de la ceinture verte qui la protegeait et cette cérémonie est un espoir pour la mise en place de la politique verte du gouvernement », a-t-il soutenu avant d’ajouter que le conseil communal s’engage à aider le département de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable à mener à bien ses missions. Il a par ailleurs demandé à toute la population de s’impliquer davantage sur le terrain pour lutter contre les effets néfastes du changement climatiques car le temps presse, souligne niarela.net.

Les communicateurs traditionnels saluent l’initiative

En prenant la parole au nom du Haut Conseil Islamique du Mali, El Hadj Maki Bah, a axé son intervention sur les biens fondés de cette belle initiative. « Ce qui nous réunit ici dans cette grande salle c’est le Mali, et il est aujourd’hui plus que urgent de lutter contre l’insalubrité dans le district de Bamako. Nous sommes des gilets verts pour un changement de comportement et nous allons passer le message dans les mosquées et les églises », a-t-il déclaré. Pour les communicateurs traditionnels, cette initiative du gouvernement est à saluer, a dit leur porte-parole, Moctar Konė, laissant entendre que les jeunes griots munis de tam-tam accompagneront les gilets verts sur le terrain pour sensibiliser davantage la population sur les avantages de celle initiative. En présidant le lancement du mouvement Gilets Verts, le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du développement durable, Houseyni Amion Guindo, s’est statué sur la pertinence et les grandes missions des gilets verts pour rendre Bamako propre.  » La problématique de l’environnement se pose avec acquitté aujourd’hui dans tous les pays du monde et le Mali ne fait pas exception à la règle », a-t-il soutenu. Et d’ajouter que malgré les efforts consentis par le gouvernement, les défis restent immenses et il faut aujourd’hui une synergie d’action pour sauver notre cadre de vie, et changer l’image de Bamako. Le ministre de l’environnement de l’assainissement et du développement durable a aussi profité de cette tribune de lancement pour annoncer la tenue d’un concours entre les différentes communes de Bamako. Les différentes activités prévues sont les campagnes d’informations et de sensibilisations à l’endroit de la population pour un changement de comportement. L’homme se doit d’être le gardien de la nature et non son propriétaire, ajoute-t-il dans la même source.

CITES : la protection des espèces menacées au centre des discussions à Genève

Depuis samedi 17 août 2019, des centaines d’experts et responsables politiques représentant 180 pays sont réunis à Genève dans le but de débattre 56 propositions pour mieux protéger les animaux et plantes sauvages : c’est la 18e Session de la conférence des parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Zoom sur les premières propositions. Le rythme d’extinction des espèces animales et végétales s’accélère. Le constat est là mais que fait-on réellement pour l’endiguer ? 12 jours de discussions pour « se concentrer sur le renforcement des règles et normes en vigueur, tout en élargissant les avantages du régime CITES à de nouvelles plantes et à de nouveaux animaux menacés par les activités humaines » suffiront-ils à changer la donne ? Cet événement, organisé tous les 3 ans depuis le début des années 1970, se produit dans un contexte alarmant après la publication du rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), publié en mai 2019, qui annonçait qu’un million d’espèces étaient menacées de disparition. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), aussi appelée Convention de Washington, est un traité international signé il y a plus de 40 ans.  Il vise à fixer les règles de protection et de commerce international de plus de 35.000 espèces menacées d’extinction, ainsi que des parties et produits qui en sont issus. Chaque État signataire doit mettre les règles du Cites dans sa loi et veiller à les faire respecter, sous peine de sanctions commerciales ou d’embargos en cas de non-respect !, note consoglobe.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here