Des défenseurs de l’environnement visés par des mesures antiterroristes

0

Protéger le guépard asiatique, une espèce en danger d’extinction. Publier un poème satirique sur Twitter. Assister à une conférence sur le climat. Faire campagne contre une centrale électrique. Ces actions sont loin d’évoquer des images de kamikazes bardés d’explosifs ou de comploteurs préparant un coup d’État. Pourtant cela leur a valu d’être qualifiés d’« écoterroristes », d’« extrémistes » ou de « menaces envers la sûreté nationale » par des gouvernements et des entreprises qui cherchent à bloquer le travail des défenseurs de l’environnement. Ce 29 novembre 2019, des jeunes gens se rassemblent dans des lieux du monde entier pour une grève mondiale pour le climat dans le cadre des Vendredis pour l’Avenir. Le 2 décembre, des délégués des Nations Unies, des dirigeants mondiaux, des chefs d’entreprise et des activistes se réuniront pour la 25ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP25) à Madrid, afin de débattre de moyens de protéger l’environnement. Mais les participants de ces événements devraient également discuter de moyens de protéger les protecteurs : les individus et groupes qui sont ciblés dans le monde entier à cause de leurs efforts en faveur de la planète. Les dangers qui guettent les défenseurs de l’environnement ne se limitent pas à se voir accuser de représenter un risque pour la sûreté nationale. Depuis la forêt amazonienne jusqu’aux communautés minières d’Afrique du Sud, les activistes qui s’efforcent de préserver les écosystèmes et les terres ancestrales sont menacés, attaqués, voire tués dans une impunité presque totale, a constaté Human Rights Watch. Toutefois, contrairement à beaucoup de ces actes illégaux, le fait de qualifier les militants écologistes de menaces envers la sécurité est souvent plus insidieux, étant donné qu’il est généralement mené sous couvert de la loi, a noté hrw.org.

L’UEMOA et la CEDEAO préoccupées par la gestion durable des aires protégées

La gestion durable des aires protégées et de la biodiversité sont au cœur des préoccupations de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a indiqué Aissa Kabo Sidikou, représentant-résident de la commission de l’UEMOA au Sénégal. « La gestion durable des aires protégées et de la biodiversité occupe une place privilégiée dans les politiques sectorielles régionales de l’UEMOA et de la CEDEAO », a-t-elle déclaré. Ces politiques communes d’amélioration de l’environnement de l’UEMOA et de la CEDEAO sont « conjuguées » à la stratégie de l’Union européenne pour la conservation de la nature en Afrique de l’Ouest, a rappelé Mme Sidikou lors d’un atelier de lancement à Dakar d’un observatoire régional pour la biodiversité et les aires protégées en Afrique de l’Ouest et des systèmes d’informations. Elles « constituent le cade fédérateur de la référence pour faire du secteur de l’environnement et des ressources naturelles un des moteurs de la croissance économique et un moyen permettant d’améliorer les conditions de vie des populations dans la région ouest africaine », a dit Mme Sidikou. Ces instruments visent à « préserver et à valoriser » la biodiversité des aires protégées de la sous-région, selon elle. L’UEMOA va mettre en place un plan d’action fournissant des données de base conformes aux attentes des populations et surtout montrer un engagement fort et favoriser l’adhésion de tous aux problèmes de la biodiversité et des aires protégées, a déclaré la représentante-résidente. L’Observatoire va s’adapter à ces différents dispositifs, a-t-elle dit, soulignant que « c’est un programme qui fait intervenir plusieurs couches socio-économiques et nous tenons à faire intervenir tous les participants au processus », a renseigné aps.sn.

Sahel : l’humoriste nigérien Mamane prête son image pour sensibiliser sur la protection de l’environnement

La Commission climat pour la région du Sahel (CCRS) a nommé hier l’humoriste nigérien Mamane ambassadeur de bonne volonté. Désormais, il devra se servir de son image pour sensibiliser sur la protection de l’environnement. « Ça implique une lourde charge, de sensibiliser sur les comportements à adopter pour le climat. C’est à dire sur la coupe de bois, les déchets à ne pas jeter n’importe où, les vieux véhicules dans lesquels on circule, l’utilisation du vélo, les sacs plastiques pour qu’on ait un environnement meilleur. Nous les humoristes, on a une audience énorme aujourd’hui. Nos sketchs font des millions de vues. Il n’y a pas un discours à la nation qui fasse autant de vues. Donc, profitons-en pour qu’il y ait un message pour qu’on soit utile. Le divertissement sans message est une diversion », a déclaré l’intéressé. Mamane a annoncé que sa première action en tant qu’ambassadeur serait de participer à une opération de nettoyage d’un quartier d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, le week-end prochain, a révélé l’agenceecofin.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here