Sécheresse en Afrique australe : ce signal fort du changement climatique

0

La COP25 vient de se terminer sur une note morose et l’Afrique australe voit le manque d’eau persister avec de graves conséquences économiques.  Elles ont perdu de leur superbe. Les chutes Victoria, à cheval entre le Zimbabwe et la Zambie, ne rugissent plus. Le Zambèze, qui se jette dans un canyon de 100 mètres de profondeur et qui s’étale sur un couloir de 1,7 km, a perdu la moitié de son débit, selon le ministère de l’Environnement du Zimbabwe. C’est un symbole frappant, alors que la COP25 s’achève à Madrid. Un symbole qui rappelle que les conséquences du changement climatique ne sont pas forcément à l’horizon 2050. Chaque année, un million de touristes se rendent sur ce site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Le président zambien, Edgar Lungu, évoque même la possibilité que les chutes disparaissent à terme. Chaque année au cours de la saison sèche, le débit se ralentit, mais « c’est la première fois que nous voyons ça », raconte à Reuters Dominic Nyambe, un vendeur de souvenirs installé à Livingstone, en Zambie, non loin du site. L’Afrique australe est particulièrement affectée par le réchauffement climatique. Selon les scientifiques du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), les températures augmentent deux fois plus rapidement dans cette région que dans le monde. La saison sèche est arrivée bien plus tôt, dès le mois de juin. La sécheresse s’installe et brûle les cultures, menace la vie des habitants, des animaux et ébranle les économies. Selon les Nations unies, 45 millions de personnes auront besoin d’une aide alimentaire dans les prochains mois en Afrique australe. La prochaine récolte n’est attendue que pour avril. La situation est particulièrement préoccupante au Zimbabwe, confronté à la pire crise alimentaire depuis plus d’une décennie. À la catastrophe climatique s’ajoute un contexte économique très sombre : « une grave pénurie de devises étrangères, une inflation galopante, un chômage croissant, une pénurie de carburant, des pannes d’électricité prolongées et des pertes de bétail à grande échelle », détaille le Programme alimentaire mondial (Pam). Plus de cinq millions d’habitants en zone rurale pourraient être touchés par une pénurie alimentaire, selon l’ONU. Dans le pays voisin, en Zambie, plus de deux millions de personnes se trouvent déjà en situation d’insécurité alimentaire, apprend-on de lepoint.fr.

La faune en danger

En Namibie, dans l’est du pays, l’eau n’est pas tombée depuis… deux ans ! Les autorités ont déclaré l’état de catastrophe naturelle en mai dernier. Selon les régions, c’est la pire sécheresse enregistrée depuis 60 à 90 ans. Dans ce vaste pays aride, les fermiers sont les premiers impactés. Le bétail meurt, de faim, de soif. Les pertes étaient estimées à plus de 60 000 têtes de bétail en octobre dernier, selon le ministre de l’Agriculture, Alpheus ǃNaruseb. Les bêtes survivantes, décharnées, n’ont plus de valeur marchande. Des fonds ont bien été distribués à hauteur de 131 millions de dollars namibiens (8 millions d’euros) pour les populations affectées et 16,6 millions de dollars namibiens (un million d’euros) pour le fourrage destiné au bétail. Mais cela reste insuffisant pour les fermiers et les populations autochtones. Si les hommes souffrent, les animaux sauvages sont aussi victimes de la sécheresse. Plus de 200 éléphants sont morts en moins de deux mois, selon l’Autorité zimbabwéenne de gestion de la faune sauvage et des parcs nationaux. Et ce sont les plus remarquables, leurs carcasses se voient de loin. Presque tous les animaux sont touchés – girafes, bisons, impalas –, mais aussi les oiseaux qui meurent de la sécheresse. Le Zimbabwe entend déménager d’une de ses principales réserves, Save Conservancy, plusieurs centaines d’animaux sauvages, dont des éléphants, et les reloger dans trois autres sites. Difficile à imaginer dans un pays qui manque de moyens financiers et où la sécurité alimentaire n’est pas assurée pour les populations. En Namibie, le pays avait opté pour une autre solution : vendre un millier d’animaux sauvages aux enchères, pour limiter les pertes et récolter des fonds (environ un million d’euros attendus), afin de préserver les différentes espèces. Cette annonce faite par le ministère de l’Environnement en juin dernier reste difficile à réaliser quand les acheteurs ne se bousculent pas et qu’envoyer des éléphants libres dans des zoos à l’autre bout du monde reste aussi très discutable moralement. Ce paradis des amateurs de safaris haut de gamme est menacé. Et les revenus de ce tourisme de luxe aussi, poursuit le média cité plus haut.

Ouganda : la 20e édition du Congrès de l’Association africaine de l’eau se prépare

Le Congrès international et l’exposition (CIE) organisés par l’Association africaine de l’eau se tiendront à Kampala, en février 2020 sur le thème « ouvrir de nouvelles voies pour accélérer l’accès à l’eau potable. » L’évènement, qui se tient pour la vingtième fois, va également servir de cadre au lancement de l’Académie africaine de l’eau et de l’assainissement. Les professionnels de l’eau d’Afrique et du monde se retrouveront à Kampala du 24 au 27 février 2020 dans le cadre de la 20e édition du Congrès international et de l’exposition organisée par l’Association africaine de l’eau. L’évènement se tiendra au Centre international de conférences de Kampala. L’hôte de cette édition est la National Water and Sewerage coorporation (NWSC), société ougandaise de service public, spécialisée dans la fourniture des services d’eau et d’assainissement. Cette année, le thème retenu s’intitule « Ouvrir de nouvelles voies pour accélérer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous en Afrique. » Pour les organisateurs, il est ainsi question de partager les idées et ressources, rechercher de nouvelles avancées et innovations, coopérer entre les nations, entre les générations et acteurs de la discipline afin de répondre à la problématique de l’accès à l’eu et à l’assainissement. Des questions qui demeurent d’actualité dans plusieurs pays africains, confrontés pour la plupart au stress hydrique. Les échanges vont tourner autour des sous-thèmes suivants : la gestion de l’eau, la gestion de l’assainissement, le renforcement des capacités, le financement, la recherche et l’innovation ainsi que la gouvernance et la règlementation. Un appel à communication a été lancé en ce sens. Près de 3 000 participants, issus de 90 pays, une centaine d’exposants et plus de 260 présentations sont attendus à cette occasion. Pour la première fois, se tiendront ors de cette 20e édition des forums spéciaux pour les ministres, directeurs généraux et les maires d’une part et l’organisation d’un séminaire spécial sur l’eau numérique et les Objectifs de développement durable (ODD) d’autre part, informe afrik21.africa.

Moctar FICOU / VivAfrik              

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here