Le projet « Agropole Sud » : la BID accorde un financement de plus de 18 milliards FCFA au Sénégal

0

Le ministre Sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott a procédé mardi 24 décembre 2019 à Djeddah en Arabie Saoudite à la signature de l’accord relatif au financement du Projet de Zone de Transformation Agro-Industrielle du sud ou Agropole Sud avec Dr Bandar Hajjar, Président de la Banque Islamique de Développement (BID).

Selon un communiqué transmis à la presse, « ce projet qui sera mis en œuvre sur une durée de cinq ans, pour un montant global de 80 290000 euros, est financé par la Bid à hauteur de 27 850 000 Euros, soit près de 18 268 500 000 FCfa. Le projet recevra également un co-financement de la Banque africaine de développement (Bad) de 43 100 000 euros et sera complété par une contrepartie du Gouvernement du Sénégal de 9 340 000 euros ».

La même source ajoute que le projet « Agropole Sud » va favoriser la création de chaînes de valeurs agricoles dans la région naturelle de Casamance (Ziguinchor, Sédhiou et Kolda) et s’inscrit dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE) en son pilier I, relatif à la transformation structurelle de l’économie et à la croissance. Il est en accord avec le volet industriel du PSE qui prévoit la création de trois agropoles intégrées et compétitives.

L’Agropole Sud a pour objectif principal de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population grâce à la création de valeur ajoutée pour les produits agricoles et à l’augmentation durable de la productivité des filières agro-industrielles prioritaires, notamment la mangue et la noix d’acajou.

De manière spécifique, le projet permettra de :

·             renforcer les capacités des acteurs de la chaîne de valeur pour augmenter durablement la productivité agricole et améliorer l’accès aux marchés, aux connaissances, aux intrants et aux services ;

·             créer des conditions favorables à l’investissement privé dans la transformation des produits agricoles ainsi que la fourniture d’intrants et de services, conclut le document.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here