La banque Barclays invitée à réduire son financement pour les énergies fossiles

0

La lutte contre les énergies fossiles s’intensifie à travers les quatre coins de la planète. Mais la bonne nouvelle de ces derniers jours nous vient d’Europe où 11 investisseurs institutionnels pesant 130 milliards £ ont fait pression sur la banque Barclays afin qu’elle arrête de financer les compagnies d’énergie fossile. Ces investisseurs institutionnels ont, dans une résolution commune, appelé à la mise en place et à la publication d’un plan visant à fermer les robinets aux compagnies énergétiques, gazières et électriques qui ne s’alignent pas sur l’Accord de Paris sur le climat.

A ce propos, une proposition a été élaborée par ces institutions et elle sera soumise à l’approbation des membres du Conseil d’administration de la Banque Barclays en mai 2020.

Barclays se démarque aujourd’hui comme étant le plus grand financier des compagnies d’énergie fossile en Europe. Elle a accordé depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015, 85 milliards $ de financement à l’énergie fossile, se positionnant ainsi au sixième rang des plus grands financeurs mondiaux de ce type d’actif, a soutenu Jeanne Martin, directrice de campagne au sein de l’organisation caritative ShareAction.

Poursuivant son allocution, elle affirme : « elle (Ndlr : banque Barclays) a l’une des politiques énergétiques les plus faibles en Europe. Barclays n’a pas seulement des efforts à faire pour rattraper son retard sur ses pairs, elle doit également agir de manière proactive sur le financement des énergies fossiles ».

Cherchant à se défendre, la banque relève qu’elle fait des efforts et qu’il est injuste de la comparer aux banques européennes parce qu’une grande partie de ses actionnaires sont américains. Elle estime en outre que ses efforts devraient être comparés à ceux de ses paires de Wall Street.

Rappelons que les banques telles que BNP Paribas, Crédit Agricole ou encore Standard Chartered ont mis en place des politiques de restriction de leurs investissements dans les énergies fossiles.

Moctar FICOU / VivAfrik                 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here