La sous-alimentation infantile fait perdre à la Gambie 83 millions $ par an

0

D’après le rapport sur le coût de la faim en Afrique (Cost of Hunger in Africa – COHA) réalisé par le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) et l’Union africaine (UA), l’économe gambienne perd chaque année  83 millions $ par an, soit 5,1 % du produit intérieur brut (PIB) du pays, en raison de la sous-alimentation infantile, souligne The Sierra Leone Telegraph, cité par Jean Gecit du site d’information commodafrica.com.                     

« Il est alarmant que nous perdions 5,1% de notre PIB national chaque année en raison des conséquences de la dénutrition infantile sur les performances scolaires, la santé et la productivité », s’est désolé Isatou Touray, vice-présidente de la Gambie.                         

Le rapport a été réalisé en collaboration avec de nombreuses institutions parmi lesquelles le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), la Commission de l’Union africaine (CUA) et son Agence de développement (AUDA-NEPAD), la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et le Caraïbes (CEPALC) et l’Union européenne (UE). L’étude témoigne que les pertes encourues chaque année font suite à l’augmentation des coûts des soins de santé, des charges supplémentaires pour le système éducatif ainsi que la réduction de la productivité de la main d’œuvre.

Néanmoins, le pays a fait quelques progrès dans l’amélioration de la nutrition et d’ici 2021, le gouvernement espère réduire le retard de croissance à 12,5 %, l’émaciation à 5 % et l’insuffisance pondérale à 8,5 %, comme il l’est indiqué dans le Programme national de développement. En outre, le pays est à l’aube de gains significatifs d’après le COHA, le pays pourrait économiser jusqu’à 104 millions $ d’ici 2030, si la prévalence du retard de croissance chez les enfants est réduite à 9,6 % et si l’insuffisance pondérale est réduite à 6 %.

Jusqu’à présent, des études COHA ont été menées dans 26 pays d’Afrique, parmi lesquels le Burkina Faso, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, le Mali, le Malawi, le Niger. Les résultats globaux de ces études révèlent que les économies des pays d’Afrique ont subi une perte de PIB estimée entre 1,9% et 16,5% par an en raison de la sous-nutrition infantile. Les résultats d’études COHA récemment entreprises devraient être publiés prochainement en Guinée Bissau.

(commodafrica.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here