Sénégal : le DRIARS crée les conditions de la pérennisation de ses acquis pour une sécurité alimentaire

0

Le coordonnateur du Projet de développement d’une résilience à l’insécurité alimentaire au Sénégal (DRIARS), Cheikh Omar Ndiaye a expliqué que ce projet est parvenu à des résultats importants dans sa mise en œuvre, à travers notamment la mise à disposition de semences et la création de conditions de pérennisation des acquis dans ses zones d’intervention.

« Des efforts importants sont faits en termes de mise à disposition de semences, mais également de création de toutes les conditions de pérennisation avec les financements en place, les structures chargées de la démultiplication des semences dont les capacités ont été renforcées sensiblement », a-t-il déclaré lors d’une rencontre d’évaluation du projet tenue à l’Institut de Technologie alimentaire (ITA).

Ces résultats obtenus par le DRIARS, démarré en 2013, permettront en plus des activités en cours dans ces régions (Saint Louis, Matam, Fatick et Ziguinchor) de réduire l’insécurité alimentaire et d’assurer une survie au projet qui prend fin en 2020, a laissé entendre le coordonnateur.

Cheikh Omar Ndiaye a dans le même temps évoqué un certain nombre de défis, dont le principal repose sur « raccourcissement des délais de traitement de dossiers par le bailleur ».

« Certes nous avons obtenu des améliorations sensibles mais nous aimerions beaucoup plus dans ce sens au bénéfice des populations », a-t-il souligné.

Cette 5éme réunion a revêtu les contours de restitution et de partage des résultats et en même temps de planification et de budgétisation pour l’année 2020.

Pour le Directeur des Bassins de rétention et Lacs artificiels au ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Youssoupha Gueye, membre du Comité de pilotage, le projet constitue une déclinaison nationale d’un programme régional identifié à l’échelle du Comité Inter Etats de Lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS).

Selon lui, cette initiative a constitué la matérialisation d’une réflexion sur des mécanismes de résilience et de relèvement de l’alimentation des populations. Un programme regroupant 6 pays membres du CILSS.

« En termes de résultats, le Sénégal se situe en deuxième place malgré les difficultés liées aux longues procédures d’avis de non objection et de traitement des dossiers », a-t-il ainsi fait valoir.

L’objectif global du programme était de contribuer à la réduction de l’insécurité alimentaire et au développement de la résilience des populations vulnérables au Sénégal avec spécifiquement l’amélioration de moyens d’existence de la population rurale, selon ses initiateurs.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here