La CEDEAO favorable à la vulgarisation du GPL comme énergie de cuisson domestique

0

La capitale du Burkina Faso, Ouagadougou a été, samedi 08 février 2020, le lieu de rendez-vous de plusieurs autorités chargées des questions portant sur l’environnement et les hydrocarbures. Il s’agit des ministres en charge des hydrocarbures et ceux en charge de l’Environnement ; le Commissaire énergie et mines et le Commissaire agriculture, environnement et ressources en eau de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Des experts venus des Etats membres, de la Commission de la CEDEAO et d’organismes régionaux et internationaux, ont aussi pris part à cette rencontre et ont examiné du 5 au 6 février 2020, à Ouagadougou, les conclusions de l’étude portant sur l’harmonisation des spécifications des carburants et des limites d’émission des gaz et particules émis par les véhicules.

En marge de cette rencontre conjointe, les ministres en charge des hydrocarbures et ceux de l’environnement se sont réunis également de manière séparée le 7 février 2020 pour examiner divers autres documents spécifiques de politique et de stratégie développés par la CEDEAO dans les secteurs des Hydrocarbures et de l’Environnement, renseigne un communiqué de ladite organisation régionale.  

« Concernant les hydrocarbures, l’adoption, par la 2ème réunion des ministres en charge de ce secteur, de l’étude sur la Stratégie régionale de la CEDEAO pour la vulgarisation du Gaz de pétrole liquéfié (GPL) comme énergie de cuisson domestique et a formulé trois importantes recommandations », lit-on dans le communiqué. Les deux premières recommandations, ont porté « sur l’introduction des bouteilles de 9 kg en plus de celles de 3 et 6 kg proposées par l’étude dans le cadre de la promotion du produit, ainsi que sur la prise en compte des actions de lutte contre la coupe de bois abusive. Dans sa troisième recommandation, la réunion a demandé aux Etats membres l’intensification de la lutte contre la circulation frauduleuse des bouteilles de GPL à travers les frontières des Etats membres », ajoute le document transmis à la presse.

Les ministres des Hydrocarbures ont, en outre, échangé sur l’évolution des activités relatives au développement de la phase 1 du projet d’extension du gazoduc de l’Afrique de l’Ouest, a indiqué le document. Et « compte tenu des difficultés affectant le fonctionnement du gazoduc existant et de l’importance du gaz naturel dans la région, ceux-ci ont exhorté la Commission de la CEDEAO à poursuivre dans le cadre des études de structuration du projet, la recherche de solutions durables aux défis relevés ».

Ils ont particulièrement demandé à la Commission de la CEDEAO de collaborer avec l’Autorité du gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (AGAO) pour identifier et mettre en œuvre des mécanismes permettant de garantir la sécurisation des paiements dans le cadre du marché régional du gaz naturel.

Les ministres en charge de l’Environnement de la CEDEAO, dont  Abdou Karim Sall, quant à eux, ont adopté les trois documents soumis à leur attention. Il s’agit du « Projet de Plan d’action environnementale 2019-2025 de la CEDEAO ; du Projet de mise en place du mécanisme de coordination régionale pour la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux, en application de la décision du sommet des Chefs d’Etat et enfin, le projet de feuille de route régionale pour les économies de carburant ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here