La ministre Sénégalaise du Commerce énumère les défis du développement de la filière anacarde

0

Aminata Assome Diatta, la ministre Sénégalaise du Commerce et des Petites et moyennes entreprises (PME) a listé les défis à relever pour développer la filière anacarde dans la région de Fatick située au centre du Sénégal, à travers notamment l’accroissement de la production et de la productivité dans les plantations.

Selon elle, « pour asseoir durablement le développement de la filière dans la région de Fatick, les défis suivants doivent être relevés dont l’accroissement de la production et de la productivité des plantations ».

La ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises (PME) participait lundi 2 mars 2020 à un Comité régional de développement (CRD) consacré à la préparation de la campagne de commercialisation de l’anacarde pour l’année 2020.

Cette rencontre organisée dans l’après-midi à la gouvernance de Fatick a enregistré la présence du gouverneur de la région de Fatick, Seynabou Guèye, et des acteurs de la filière.

Selon la ministre, il s’agit aussi de veiller à « l’amélioration de la qualité des noix de cajou, le développement d’infrastructures de marché et de transport, une meilleure organisation de la commercialisation, l’amélioration de la capacité de transformation, et à l’accès au crédit pour les producteurs ».

Mme Diatta a rappelé que la région Fatick dispose d’un potentiel important de production d’anacarde à l’instar de celles de Ziguinchor, de Sédhiou, et de Kolda.

« Cependant, force est de constater qu’en dépit de plusieurs appuis, la région de Fatick a accusé un retard quant au développement de la filière anacarde », a-t-elle déploré.

Citant des statistiques des acteurs locaux, la ministre a indiqué que la production annuelle dans la région de Fatick dépasserait la barre des 4000 tonnes. Pendant ce temps, la région naturelle de la Casamance a atteint 55. 311 tonnes en 2019 pour une valeur commerciale de 27, 182 milliards de francs CFA, a-t-elle ajouté.

Elle a fait savoir que cette région centre a bénéficié depuis les années 1980 de plusieurs programmes d’accompagnement tel que le Projet anacardier Sénégalo-Allemand (PASA). « Mais force est de constater que la filière anacarde demeure encore une chaîne de valeur faiblement structurée dans la région de Fatick », a-t-elle réitéré.

Dès lors, a-t-elle soutenu, « la région de Fatick mérite d’être bien prise en compte dans toutes les politiques de développement de cette filière hautement stratégique », soulignant que « c’est tout le sens de ce CRD spécial ».

La ministre a expliqué que cette rencontre a été « mise à profit à travers une démarche inclusive pour partager les préoccupations de tous les acteurs locaux de la filière tout en engageant la réflexion pour une bonne campagne de commercialisation de l’anacarde pour cette année et dans les années à venir ».

Moctar FICOU / VivAfrik          

Laisser un commentaire