Développement : la Banque mondiale injecte 7,5 milliards de dollars dans le Sahel africain

1

L’institution financière mondiale considère que le Sahel africain « reste » une « priorité ». C’est dans cette perspective que la Banque mondiale (BM) envisage consacrer 7,5 milliards de dollars, durant les trois prochaines années, pour le développement au Sahel africain, a affirmé Axel Van Trotsenburg, directeur général des opérations de la BM. A l’en croire, le Sahel « reste, pour la Banque mondiale, une priorité ».

La Banque mondiale « reste solidaire avec tous les efforts des pays du Sahel en essayant d’apporter les appuis nécessaires à travers l’assistance technique et une présence physique très forte », a indiqué M. Trotsenburg lors d’une conférence de presse à Niamey, au terme d’une visite au Niger.  Poursuivant son speech, le responsable ajoute que ces pays font face à plusieurs défis dont notamment le changement climatique et les attaques terroristes.

Si l’on se fie aux statistiques des ONG « Enda Pronat » et « Osiwa », environ 65 % des terres du Sahel sont touchées par la désertification.  

Ce phénomène est lié au changement climatique et aux actions anthropiques telles que la déforestation et les pratiques agricoles destructrices des sols, selon les deux ONG. En 2019, les attaques terroristes menées dans trois pays du Sahel (Mali, Niger et Burkina Faso) ont fait au moins 4 000 morts (civils et militaires), selon le « Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel » (UNOWAS).

Moctar FICOU / VivAfrik

1 COMMENTAIRE

  1. ‘Développement : la Banque mondiale injecte 7,5 milliards de dollars dans le Sahel africain
    L’institution financière mondiale considère que le Sahel africain « reste » une « priorité ».’

    La desertification seule ne peut etre raison suffisante. Le drame du Sahel africain est le reflet de celui des hommes. C’est a dire, des personnalites et des caracteres.
    La CEDEAO, l’Union Africaine, l’ONU, etc n’ont, de toute evidence pas ete complementaire au Gouvernement du Mali dans la gestion de son differend avec les Touregs, au nord Mali. Un differend qui a des decennies d’age.
    Au Niger, les hommes ont exploite l’uranium don de Dieu. Mais, cette exploitation n’a expliauee en rien le developpement du Niger.
    Au Mali, la CEDEAO dans sa mediation suite au coup d’etat du capitaine Sanogo, a octroye le statut d’es chef d’etat au capitaine Sanogo.
    Au Burkina Faso, comme les ecoutes telephoniques l’ont revele, la transition est sciemment perturbee par les hommes comme Djibril Bassole, ancien Ministre des Affaires Etrangeres de Blaise Compaore, Djiendere, etc
    La liste des contradictions est longue. Dans cette perspective, l’autre priorite, c’est la moralite, c’est l’ethique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here