Les femmes africaines marquent leur empreinte dans l’écosystème tech

0

L’écosystème tech de l’Afrique vit de nos jours une diversité des sexes qui demeure un immense défi pour les entreprises. Selon l’étude Roland Berger pour Women in Africa, une entreprise affiche en moyenne 34 % de rendement supérieur lorsqu’elle est dirigée par une femme. Les données pour l’Afrique manquent, mais il n’y aurait que 9% de startups dirigées par des femmes. Si l’Afrique est la seule région du monde qui compte plus d’entrepreneuses que d’entrepreneurs, avec 65% des biens du continent produit par les femmes, le marché de l’entrepreneuriat féminin en Afrique continue de faire face à de réels défis et particulièrement dans le domaine du numérique où elles sont sous représentées.

Pourtant, le secteur financier se transforme. Il repose de plus en plus sur l’usage des technologies de l’information et de la communication ainsi que les méga-données, au service d’une clientèle désireuse de produits plus faciles à utiliser, plus transparents, et instantanés. Autrement dit, le secteur financier évolue vers un modèle de produits et services centré sur le client, obligeant les institutions à se restructurer.

L’Afrique innove, crée, entreprend. De plus en plus de jeunes africains, nés à l’ère du numérique, se lancent dans l’aventure fintech. Le secteur est aujourd’hui en plein essor. Grâce à la mise en place de nouveaux modèles commerciaux, Il permet de résoudre bon nombre de challenges quotidiens, tel que l’accès à l’eau, à l’électricité, à l’éducation, à la santé, à une meilleure connaissance du marché. En effet, la fintech offre une gamme de services financiers digitaux à des prix abordables. Ces sociétés utilisent la technologie afin de toucher une clientèle plus large, en évitant les dépenses élevées des infrastructures. Grâce à ce nouveau modèle elles peuvent mieux gérer les coûts de leurs services.

Moctar FICOU / VivAfrik                       

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here