Coronavirus en Guinée : Eau, électricité et transports gratuits

1

A compter du mois d’avril, l’Etat guinéen prend en charge les factures d’eau et d’électricité et rend les transports en commun gratuits pendant 3 mois pour accompagner les populations dans le combat contre la pandémie. Dans une annonce télévisée lundi soir, Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre guinéen, a annoncé les détails d’un « Plan de riposte économique rigoureux » au Covid-19. Ce plan, décliné en 30 mesures-phares, coûte près de 3 500 milliards de francs guinéens à l’Etat. Dans un pays durement affecté par la fièvre Ebola, le gouvernement espère « protéger la société, prendre en charge les maladies, aider les plus démunis et prévenir l’effondrement du système économique ». L’État prendra à sa charge pour trois mois les factures des abonnés au tarif social de l’électricité ; les factures des abonnés au tarif social de l’eau ; les échéances de paiement des factures d’eau et d’électricité pour l’ensemble des autres abonnés non commerciaux seront décalées de trois mois. De plus, les charges sociales et fiscales des entreprises du tourisme et de l’hôtellerie sont reportées pour trois mois ; les prix des produits de santé (produits pharmaceutiques et équipements de santé) et des denrées de première nécessité sont gelés sur la période de la pandémie. Les loyers sur les bâtiments publics et privés sont bloqués d’avril à décembre 2020 ; les transports publics gratuits en bus et le Conakry express rendu gratuit pour trois mois (transport ferroviaire). Le président guinéen Alpha Condé a promulgué la nouvelle Constitution issue du référendum de mars dernier. Le décret présidentiel a été lu à la télévision nationale le même jour que l’annonce de sa riposte contre la crise actuelle. En outre, le président guinéen Alpha Condé a promulgué la nouvelle Constitution issue du référendum de mars dernier. Le décret présidentiel a été lu à la télévision nationale le même jour que l’annonce de sa riposte contre la crise actuelle, souligne bbc.com.

Coronavirus : les plans d’aide des pays africains passés à la loupe

La crise du Covid-19 n’est pas uniquement sanitaire, elle est aussi sociale, économique voire politique en Afrique. Et pour amortir les chocs créés par la pandémie, des pays ont annoncé des plans de riposte. Sur le continent, les plans de soutien se multiplient et comprennent des mesures telles que le gel des prix des produits de première nécessité ou encore la prise en charge des factures d’eau et d’électricité. Cette dernière mesure a été annoncée en Guinée mais cela ne convainc pas beaucoup. Combien des foyers en Guinée ont accès à l’eau et à l’électricité, ne serait-ce que huit heures par jour ? C’est la question que s’est posée Rafiou Sow, l’un des responsables de l’opposition guinéenne. Sur les 33 préfectures et les 333 sous-préfectures que compte le pays, ainsi que les 304 communes rurales, moins d’une vingtaine ont accès à l’électricité. Au Burkina Faso, où le gouvernement prend en charge la tranche sociale sur la facture d’électricité, moins de 3.000 francs CFA, le plan de riposte a engendré une polémique. Notamment pour ce qui concerne les 121 milliards de francs CFA prévus dans un premier temps, pour louer les hôtels nécessaire à l’hospitalisation des malades. « Si on prend la riposte du Burkina qui a mis sur pied un plan d’à peu près 394 milliards de francs CFA, le plan apparaît relativement complet. Les mesures telles que la suspension de la facture d’eau et d’électricité ou la prise en charge d’une partie peuvent avoir une certaine efficacité. Mais nous ne devons pas oublier une chose : nous avons des pays qui sont très agricoles. Donc il y a une grande main-d’œuvre dans le secteur agricole et dans les zones rurales. Il va falloir les toucher avec ces mesures et veiller à ce que ces efforts soient équitables », analyse l’économiste Martial Ze Belinga dans les colonnes de dw.com.

Initiative togolaise, un cas d’école

Le Burkina Faso, qui a une dette extérieure estimée à 63% de son PIB, peut mieux faire, estime Martial Ze Belinga qui trouve innovant l’une des mesures contenues dans le plan annoncé par le Togo, dénommée « Novissi », c’est-à-dire, « entraide ». Le pays propose une aide sociale sous forme de transfert monétaire pour les plus démunis et ceux qui ont perdu leur travail à cause du Covid-19. Il s’agit d’une somme de 12.250 francs CFA pour les femmes et de 10.500 francs CFA pour les hommes. Les conducteurs de taxis-motos (Zémidjan) recevront pour leur part 20.000 francs CFA chaque mois. « Si on compare ces enveloppes au revenu moyen qui est autour de 22.000 francs CFA, ça ne paraît pas ridicule. C’est une aide conjoncturelle qui permettrait aux plus mal aisés, aux démunis, aux plus exposés de résister et de tenir durant cette période en compensant ce qu’ils ont perdu. Ce n’est pas une somme dérisoire », a estimé Ze Belinga. L’un des plans les plus importants est celui de la Côte d’Ivoire. Le pays a lancé un programme de soutien économique et social d’un montant de 1.700 milliards de francs CFA, soit 2,6 milliards d’euros, environ 5 % du PIB du pays.Il couvre des mesures de soutien aux entreprises, notamment la suspension du paiement de taxes, d’impôts, et de charges sociales.  Un fonds de solidarité de 170 milliards de francs CFA a été également dégagé pour soutenir plus d’un million de ménages, soit environ six millions des 26 millions d’Ivoiriens, ajoute dw.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here