Le Covid-19 favorise la déforestation dans la forêt Amazonienne

0

La propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) à travers le monde entier a obligé les populations au confinement. Même si cette maladie a, par endroit, des conséquences positives sur l’environnement, elle fait payer à nos couverts forestiers le plus lourd tribut. En effet, les partisans de la déforestation de l’Amazonie profitent de cette pandémie pour intensifier la destruction de la forêt Amazonienne. Cette intensification de leurs activités illégales est rendue possible à cause du confinement.

La déforestation est plus que jamais d’actualité, principalement dans des zones forestiers. Nous avions l’impression que l’homme laissait enfin respirer la Planète pendant ce confinement et cette terrible crise sanitaire. Mais en réalité, ce n’est pas le cas partout. Au Brésil notamment, la déforestation ne prend malheureusement pas de pause.

Les tribus indigènes sont sorties du silence pour dénoncer une situation qualifiée de désastreuse pour l’environnement. Marcio Astrini, chercheur à l’Observatoire du climat, une organisation environnementale à but non-lucratif basée à Sao Paulo, est le porte-parole de ces tribus et a expliqué que les braconniers ne prenaient pas de pause et n’étaient pas confinés à l’heure actuelle. « Les raids illégaux et la déforestation massive se poursuivent », s’est-il alarmé.

Selon certaines indiscrétions, au mois de mars 2020, la déforestation en Amazon a atteint un niveau record en dix ans. Plus de 200 000 mètres carrés ont été défrichés, et c’est l’Institut national de recherche spatiale du Brésil qui a confirmé ces chiffres. Aucun doute donc, les images satellites le prouvent : la déforestation se poursuit.

Suffisant pour certains indigènes de lancer un appel au secours aux Nations Unies. Ils souhaitent recevoir une aide internationale afin de mettre fin à cette déforestation illégale qui se poursuit à l’abri des regards. Ces populations voient leur habitat naturel se réduire à vitesse grand V et commencent à cruellement s’inquiéter pour leur avenir. Il serait temps d’agir et de sanctionner sévèrement ces destructeurs de forêt avant qu’il ne soit trop tard.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here