La certification internationale qu’attribue aux concessionnaires forestiers l’organisation mondiale à but non lucratif FSC agit en faveur d’une gestion durable des forêts mais aussi en faveur de la protection de la nature, notamment en Afrique.

En matière de biodiversité, l’Afrique arrive en deuxième position des continents les plus riches en espèces animales et végétales avec quelque 20 364 espèces recensées, dont 15 643 animales. Toutefois, près d’un quart de la faune africaine est considérée comme menacée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

En 2020, l’UICN a bruyamment tiré la sonnette d’alarme, faisant état de 28.000 espèces menacées d’extinction sur la planète. Un chiffre effrayant qui a tristement hissé le continent africain sur la deuxième marche du podium des continents dont la faune est en danger.

credit Malcom Starkey

La Journée Mondiale des espèces menacées, envers laquelle le FSC renouvelle chaque année son soutien le 15 mai, est l’occasion de rappeler au monde entier l’importance de protéger les espèces en voie de disparition et d’envisager, de manière concrète, comment le faire !

En cause de l’extinction des espèces à l’échelle mondiale, la multiplication de comportements prédateurs de l’Homme telle que l’utilisation intensive des terres pour l’agriculture, l’exploitation abusive des ressources forestières, la chasse intensive, la surpêche mais aussi les pollutions en tout genre qui provoquent un réchauffement de la planète ou encore la multiplication d’espèces invasives – à l’image des buissons épineux.

Pour tenter de freiner cette spirale infernale et préserver ce patrimoine pour l’humanité, de nombreux organismes parmi lesquels le Forest Stewardship Council se sont engagés, partout dans le monde, en faveur de la lutte contre la destruction des habitats naturels et pour la résolution des conflits homme/faune. Leur action couplée à celle de la société civile ont permis, dans de nombreux pays, une réelle prise de conscience de l’intérêt à conserver la diversité des espèces animales et végétales.

Sauvegarder un patrimoine mondial

Gorille Vincent Istace

Selon les principes de la certification FSC, la gestion forestière a des effets bénéfiques sur les espèces animales et végétales, y compris celles qui sont classées comme menacées et vulnérables par l’UICN.

En effet, le label FSC présente de multiples avantages en faveur de la préservation de la biodiversité. Si une concession forestière responsable et bien gérée contribue à prévenir la déforestation tout en maintenant l’exploitation du bois, elle fait également office de corridors salutaires pour les animaux. Lié à la préservation des forêts à haute valeur de conservation, le principe 9 de la certification FSC va plus loin en imposant aux gestionnaires forestiers d’identifier et de conserver, à l’échelle de la forêt, des zones considérées comme essentielles pour fournir, par exemple, des habitats aux espèces protégées.

Enfin, en plus de promouvoir un dialogue constructif de préservation avec les populations autochtones, le FSC exige des concessionnaires forestiers qu’ils s’investissent concrètement pour protéger les espèces les plus vulnérables, via, par exemple, la mise en œuvre de programmes de lutte contre le braconnage des éléphants ou encore celui des hippopotames.

Sur l’ensemble du continent africain, de multiples initiatives ont donc vu le jour pour contribuer à la protection des espèces menacées, avec le soutien du label FSC.

En Afrique centrale, précisément en République du Congo, au cœur des forêts du bassin du Congo considérée comme un véritable joyau de biodiversité avec quelque 10.000 espèces végétales recensées – dont 3.000 endémiques – et de nombreuses espèces animales rares, ce sont les gorilles des plaines de l’Ouest, recensés au nombre de 70 000, qui bénéficient de mesures de protection de leurs espaces de vie.

Des mesures jugées efficaces, tout comme celles prises en Namibie (Afrique du Sud) où vit un tiers de la population mondiale des guépards. Le Cheetah Conservation Fund (CCF), via l’initiative Bushlok, travaille activement aux côtés du FSC pour protéger cette espèce considérée comme vulnérable car confrontée au problème de l’avancée de la brousse, c’est-à-dire de l’expansion excessive des buissons épineux.

Chien sauvage, chat doré et grenouille fantôme, espèces menacées d’extinction de l’Afrique de l’Est et du Sud, font eux aussi l’objet de plans d’actions particuliers, mis en œuvre dans le cadre de la certification FSC de la forêt Global Woods en Ouganda (Afrique de l’Est) ou des plantations MTO Forestry, en Afrique du Sud.

La célébration annuelle de la Journée Mondiale des espèces menacées est donc aussi le jour de rendre un hommage appuyé à toutes ces femmes et ces hommes, militants de l’ombre, qui luttent au quotidien contre l’hypothèque des ressources naturelles et pour la préservation de la biodiversité des générations futures.