Le Sahel menacé par un cumul de crises dévastatrices

0

Les agences humanitaires des Nations unies ont déploré, dans un communiqué transmis à la presse jeudi 14 mai 2020 que « la détérioration rapide » de la situation humanitaire au Sahel. Elles ont également exhorté les Etats et institutions internationales à « agir rapidement » contre le « cumul des crises [qui] risque de dévaster » cette partie de l’Afrique.

Cette « crise » survenue dans les pays du Sahel – région comprenant des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre – a engendré « des besoins humanitaires à travers la région, à des niveaux sans précédent », souligne le document officiel.

En outre, les Nations unies ont déploré un « cumul de crises [qui] risque de dévaster le Sahel ».

 « La plupart » de ces crises « résultent de l’intensification des conflits, de l’insécurité alimentaire croissante, des inégalités structurelles et des conséquences directes et indirectes de la pandémie Covid-19 », poursuit le texte.

Qui ajoute que « ces crises cumulées » peuvent « mettre en danger des millions de personnes » et « nécessitent une attention urgente et un soutien accru ».

Cet échange aura lieu à la suite d’un briefing humanitaire virtuel auprès des Etats membres, appelant à un soutien renouvelé et à un financement de la réponse humanitaire accru. L’événement sera également rediffusé sur Facebook.                               

« En 2020, 24 millions de Sahéliens, dont la moitié sont des enfants, ont besoin d’une assistance et d’une protection vitales, le nombre le plus élevé jamais enregistré », souligne le communiqué.

« Les capacités nationales sont dépassées »

La même source déclare qu’« en raison de la violence généralisée et des catastrophes naturelles, 6,9 millions de personnes sont confrontées aux conséquences désastreuses des déplacements forcés ».

Elle ajoute que « plus de 4,5 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur pays ou réfugiées, soit un million de plus qu’en 2019, et 2,5 millions de retournés luttent pour reconstruire leur vie ».

« Le temps presse alors que nous faisons face à une crise sans précédent en matière de déplacement et de protection dans la région. Des centaines de milliers de personnes ont déjà été contraintes de fuir et doivent maintenant faire face à l’incertitude supplémentaire apportée par le coronavirus », a déclaré Millicent Mutuli, directrice du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Mme Mutuli souligne dans le communiqué que « les communautés locales à travers la région ont fait preuve d’une générosité remarquable en les accueillant mais ne peuvent plus faire face sans un soutien urgent, car les capacités nationales sont dépassées ».

« La situation au Sahel était déjà en train de devenir rapidement intenable, avec une crise humanitaire à plusieurs niveaux. Nous devons agir rapidement pour éviter une catastrophe humanitaire », a-t-elle lancé.

« L’insécurité et les attaques perturbent gravement les services sociaux de base, compromettent l’avenir de milliers d’enfants et privent les communautés touchées par la violence de services essentiels », déplorent les agences humanitaires des Nations unies.  

Moctar FICOU / VivAfrik                      

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here