Covid-19 : la crise hante les producteurs de coton du Mali

0

Hormis la crise sanitaire, le coronavirus fait aussi payer un lourd tribut à plusieurs secteurs notamment celui agricole. Et ce ne sont pas les producteurs de coton Maliens qui diront le contraire. Ces derniers vont perdre plus du cinquième de leurs revenus lors de la campagne 2020/2021. Le prix « bord champ » (Ndlr : le prix au producteur) garanti a été fixé à 200 francs CFA le kilogramme au lieu de 275 francs CFA pour la campagne précédente. Cette baisse est principalement liée à la mauvaise situation du marché mondial de la fibre, particulièrement touché par les conséquences économiques engendrées par crise du nouveau coronavirus.                                                   

Des usines textiles à l’arrêt en Asie, des cargaisons de fibres encore en attente d’exportation et le plongeon, début avril 2020, du cours du coton à son plus bas niveau depuis 2009, la faiblesse des prix du pétrole ayant rendu les fibres synthétiques plus compétitives que les fibres naturelles… Il n’en fallait pas plus pour que la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), qui gère la filière, décide de diminuer le prix au producteur. La CMDT table sur une production nationale de 700 000 tonnes.

Avec cette chute de la rémunération de plus de 20%, certains cotonculteurs pourraient baisser les bras. Mais ce n’est pas le cas de Tahirou Dembélé, producteur de « l’or blanc » à Koutiala, qui appelle même à l’amélioration du rendement.

« Pour le moment, la meilleure solution est de produire beaucoup sur une petite superficie, par exemple 2 t/ha, soit 10 t sur 5ha. Mais quand vous cultivez sur 20 ha et que vous n’arrivez même pas à avoir 10 t, c’est une énorme perte », confie-t-il.

Le gouvernement malien devrait allouer la même subvention aux producteurs de coton que lors de la campagne écoulée : 10 milliards de francs CFA. La CMDT et les autres acteurs de la filière ont d’ores et déjà décidé de réorienter l’utilisation de cette somme. Destinée auparavant aux intrants, elle servira cette fois à assurer un bonus de 15 francs CFA le kg aux producteurs.

Moctar FICOU / VivAfrik                                           

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here