Zimbabwe : les habitants de Chitungwiza attendent avec impatience une vie plus saine alors que le projet ZimFund d’un million de dollars s’attaque aux problèmes des eaux usées

0

Pour Lovelin Chapfika, l’excitation d’acheter une maison dans un quartier résidentiel en dehors de la capitale zimbabwéenne s’est rapidement transformée en déception quand elle a découvert que son nouveau quartier connaissait de fréquents bouchons et débordements d’eaux usées. Vivre dans l’extension de l’unité C de Chitungwiza, à environ 25 km au sud de Harare, n’a pas été facile pour la mère de trois enfants et sa famille depuis leur arrivée en 2013. Le point le plus bas a été lorsqu’ils ont contracté la typhoïde en raison de la contamination des eaux usées et ont été hospitalisés. « La situation est terrible, surtout pendant la saison des pluies, car les eaux usées inondent la maison. J’ai découvert que ce problème existait bien avant l’achat de la maison. Je soupçonne que c’est la raison pour laquelle le propriétaire l’a vendu », a déclaré Chapfika. Afin de renforcer les services d’assainissement à Chitungwiza afin de prévenir la récurrence de maladies d’origine hydrique telles que le choléra et la typhoïde, le ZimFund de la Banque africaine de développement a alloué 1,087 million de dollars pour résoudre ces problèmes d’égouts. L’infrastructure d’aqueduc et d’égout de Chitungwiza a été construite il y a plus de 50 ans et a été conçue pour accueillir seulement environ un tiers de ses 500 000 habitants. Le système est donc débordé, ce qui entraîne des débordements d’effluents. L’exposition aux maladies d’origine hydrique constitue non seulement une menace pour les résidents locaux, mais aussi pour ceux de Harare. On estime que 150 000 habitants de Chitungwiza se rendent quotidiennement à Harare – des porteurs parfaits pour la maladie à l’intérieur et à l’extérieur de la capitale. Et étant donné que la rivière Manyame traverse Chitungwiza avant de se jeter dans le lac Chivero, la principale source d’eau de Harare, toute pollution entrant dans le système fluvial depuis Chitungwiza affecte en fin de compte la qualité de l’eau en aval. Le soutien de ZimFund vise à remédier au déversement pérenne de la municipalité dans plusieurs points chauds d’égout principal. L’intervention se concentrera sur la mise à niveau et le réacheminement de l’égout de décharge pour le long de la nouvelle autoroute Chitungwiza, et sur le détournement et la mise à niveau des égouts collecteurs dans les zones Seke de Luciano et Gomba, lit-on à africaglobalvillage.com.

Éviter les déversements fréquents

Les fonds seront également utilisés pour reconnecter le collecteur aux égouts de sortie afin d’éviter les déversements fréquents causés par la construction de certaines maisons sur le tronc et les petits égouts. Il fournira également des véhicules utilitaires dans chacun des trois districts – Seke, Zengeza et St. Mary’s – pour faire face aux blocages en temps opportun. Il fournira également une assistance technique, y compris la technologie d’inspection; outils d’exploitation et d’entretien; la construction de regards; et éducation à l’assainissement et à l’hygiène par le biais du Département de la santé de Chitungwiza. Le projet devrait démarrer en juillet 2020 avec un objectif d’achèvement en décembre 2020, à condition que la pandémie de COVID-19 ne fasse pas dérailler sa mise en œuvre. On espère que l’intervention aidera les résidents comme Lovelin Chapfika à mener une vie plus sûre et plus saine. « C’est la meilleure nouvelle que j’ai entendue au cours de cette pandémie de COVID-19. Nous avons hâte de vivre dans un environnement habitable avec un système d’égouts fonctionnel. Merci à ZimFund de nous soutenir », a-t-elle déclaré. La municipalité de Chitungwiza est déjà bénéficiaire des phases I et II du projet de réhabilitation d’urgence en eau et d’assainissement (UWSSRP) de ZimFund. La première phase comprenait la réhabilitation des installations conventionnelles de traitement des eaux usées de Zengeza d’une capacité de 35 millions de litres par jour. Quatre ensembles de bassins de traitement des eaux usées et cinq filtres à ruissellement ont été installés. En 2010, la Banque, à travers le don de la Facilité africaine de l’eau, a soutenu la réhabilitation des réseaux de distribution d’eau et d’égouts à Chitungwiza en réhabilitant trois pompes à eaux usées. Outre l’eau et l’assainissement, la Banque soutient également d’autres secteurs tels que l’agriculture, les transports, la protection sociale, les entreprises privées et les secteurs financier et énergétique au Zimbabwe, ajoute notre source.

« En Afrique, une riposte durable au coronavirus ne peut occulter la question de l’eau »

Ces dernières années, de nombreuses villes africaines ont dû prendre des mesures drastiques pour éviter des pénuries d’eau potable. Nous nous souvenons tous de la pénurie historique subie par la ville du Cap en 2018. Les autorités sud-africaines avaient évité de justesse la catastrophe en rationnant l’eau potable à 50 litres par jour et par habitant, dans une ville habituée jusque-là à des niveaux élevés de consommation. La même année, la ville de Bouaké, en Côte d’Ivoire, recevait un financement d’urgence de 8,5 millions de dollars de la Banque mondiale pour faire face à une grave pénurie d’eau potable. Cette intervention avait permis de juguler la pénurie grâce à la construction de stations compactes de traitement, l’équipement de nouveaux forages et la réhabilitation de pompes manuelles dans les villages raccordés au réseau de Bouaké, tout en développant la distribution d’eau potable par des camions-citernes. Alors que la première recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour se protéger du coronavirus est de se laver les mains fréquemment avec du savon, il est évident que pour lutter de façon durable contre la propagation du Covid-19 et prévenir toutes les pandémies à venir, la disponibilité d’eau potable à proximité immédiate des habitations pour l’ensemble de la population est un impératif. Or en Afrique subsaharienne, près de 63 % des populations urbaines, principaux foyers de la maladie, ont du mal à accéder aux services élémentaires d’alimentation en eau et ne peuvent pas se laver les mains. On estime qu’entre 70 et 80 % des maladies sur le continent sont dues à la mauvaise qualité de l’eau et à l’absence d’installations d’assainissement adéquates, comme la dysenterie et le choléra, qui sont parmi les principales causes de mortalité infantile, relaye de son côté lemonde.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik                       

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here