Le chef de l’Etat Camerounais élargit le portefeuille de l’Electricity Development Corporation

0

Le président de la République du Cameroun, Paul Biya a agrandit le portefeuille d’Electricity Development Corporation (EDC) en lui accordant une marge de manœuvre qui lui permettra de mettre au service du Cameroun, l’immense potentiel technique de ses ressources humaines. La structure dirigée par le Dr. Théodore Nsangou doit ce salut grâce à un décret signé le 04 mai 2020 et qui réorganise le secteur de l’électricité, ainsi que les projets énergétiques au Cameroun.

Le nouveau décret du chef de l’État fait de EDC le bras séculier et le laboratoire du Cameroun pour sa politique énergétique. Partant de ce constat, les grands projets structurants du président de la République, vont connaitre un coup d’accélérateur et une dynamique nouvelle. Grâce à la très grande maitrise du secteur énergétique de l’ancien directeur des Équipements et de la Production hydraulique de l’ancienne Société nationale d’électricité du Cameroun (SONEL) notamment,  Théodore Nsangou, a énormément contribué pour que le dossier du projet du barrage de Lom Pangar (région de l’Est Cameroun), sorte des tiroirs où il était enfoui depuis 1992, et a travaillé pour que les financements relatifs à ce projet, soient trouvés auprès des bailleurs de fonds.

Théodore Nsangou réalise actuellement le projet dénommé PREREDT. Il s’agit d’un projet qui consiste en l’électrification de 500 villages camerounais. En effet, ledit projet était censé être réalisé par l’Agence d’électrification rurale (AER). Seulement, les financiers du projet que sont la Banque africaine de développement (BAD) et la Coopération japonaise (JICA), ont exigé que le projet soit réalisé par EDC, grâce à la compétence et à l’expertise avérée que ces derniers connaissent et reconnaissent à son directeur général.

En outre, EDC a conduit les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Lom Pangar, sous la houlette de Théodore Nsangou. Une prouesse technologique qui lui vaut toute la confiance et l’estime des bailleurs de fonds du projet. La Banque mondiale avait par exemple fait venir plusieurs experts de cinq pays africains dont elle finance les projets hydroélectriques, s’abreuver à l’expérience de Lom Pangar. Un projet hydroélectrique présenté comme un modèle de réussite, par l’institution de Bretton Woods qui n’hésite pas à louer la science en la matière, et le doigté managérial de Théodore Nsangou, le DG de EDC.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here