Invasion des oiseaux granivores dans la vallée du fleuve Sénégal : des opérations de lutte annoncées

0

Les oiseaux granivores qui s’adonnent à leur jeu favori sous le regard impuissant des producteurs de riz sénégalais. Après avoir envahi le ciel du Walo dans la vallée du fleuve Sénégal, les oiseaux granivores s’attaquent aux 50 000 hectares de riz dans le Delta et la Vallée du fleuve Sénégal. Face à la presse, l’inter-professionnel du riz, a dénoncé « une ambiance de mauvaises récoltes » au détriment des riziculteurs du Walo.

« Au niveau des périmètres rizicoles et autres rizières, c’est une ambiance de mauvaises récoltes qui prévaut. Et ce sont tous les espoirs nés des belles promesses de début de campagne qui fondent comme beurre au soleil. Pour la campagne de contre saison chaude, les acteurs de la filière riz ont mis les petits plats dans les grands dans l’optique d’engranger des productions records dans ce contexte où le virus Corona a fini de dérégler tous les systèmes et mis à l’épreuve toutes les certitudes », a martelé Ousseynou Ndiaye Président de l’inter-profession du riz.

Il a en outre précisé que pas moins de 40 000 mille hectares du riz paddy emblavés, sont considérablement dévorés par les oiseaux granivores. Ce qui est non sans conséquences pour les riziculteurs de la vallée dans un contexte marqué par la pandémie du Coronavirus.

A sa suite, le Directeur régional du développement rural (DRDR) de Saint-Louis, Amadou Baldé, a annoncé le démarrage « sous peu » d’opérations pour combattre ces oiseaux granivores dans la vallée du fleuve, où près de 50 000 hectares de riz sont sous la menace de ces déprédateurs.

« Les interventions vont démarrer incessamment pour régler définitivement cette question de lutte anti-aviaire dans la vallée », a-t-il promis, lundi 1er juin 2020 lors d’une rencontre sur la lutte contre les oiseaux granivores, à Saint-Louis.

Le patron de la DRDR a souligné que le comité de lutte anti-aviaire a fait beaucoup d’efforts. C’est ainsi que plusieurs rencontres ont été tenues, avec l’implication de la partie mauritanienne.

Il a révélé que « des décisions ont prises entre les deux pays pour mieux prendre en charge cette question » qui constitue « une préoccupation majeure pour les producteurs ».

Selon lui c’est parce que « les pays sont confrontés à la lutte contre la COVID-19 », qu’il y a eu un retard dans les interventions contre les oiseaux granivores.

Le travail de coordination devant permettre l’intervention de l’avion mauritanien a accusé du retard à cause de cette situation, a-t-il insisté.

M. Baldé a rappelé que les deux avions dont dispose le Sénégal sont, « malheureusement, tombés en panne mais, il a assuré que l’Etat est en train de trouver des solutions » à ce problème.

Pour sa part, le chef d’exploitation de la Compagnie agricole de la vallée du fleuve Sénégal, Abdoulaye Diop, dont 2 500 hectares sont attaqués par les oiseaux carnivores, s’est réjoui de l’attention que les autorités accordent à la prise en charge de l’invasion aviaire.

Il s’est aussi félicité des dispositions prises pour l’intervention d’un avion de la Mauritanie dans la partie sénégalaise de la vallée du fleuve Sénégal.

Enfin, Ousseynou Ndiaye, président de l’interprofession filière riz de la vallée, s’est lui félicité de l’intervention du chef de l’état, Macky Sall, qui a « bien voulu interpeller son homologue mauritanien », afin qu’un avion puisse intervenir sur le territoire de la vallée ».

Moctar FICOU / VivAfrik                                         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here