Vague de contestations pour le départ du bateau turc des eaux sénégalaises

0

Beaucoup de personnes physiques et morales exigent le départ d’un bateau centrale électrique turc des eaux sénégalaises qui, selon elles, est une source de pollution de la mer. D’ailleurs, le poisson commence à se faire rare dans cette zone » à cause de la présence de cet engin sur nos côtes, impactant les pêcheurs artisanaux. 

Parmi les contestataires, il y a le mouvement « Membre du Peuple ». Celui-ci est monté au créneau pour exiger le départ du bateau turc qui, depuis le 2 octobre 2019, est amarré au môle 8 du Port autonome de Dakar. Ledit mouvement, face à la presse, lundi 20 juillet 2020, a annoncé la pétition qu’il a lancée pour la collecte d’un million de signatures afin que ce bateau quitte les eaux sénégalaises.

En effet, selon Doudou Coulibaly, président du mouvement, le bateau était au Sénégal suite à la panne de la centrale de Bargny (Sendou) et il devait injecter 150 mégawatts dans le circuit sénégalais. Cependant, relève M. Coulibaly, « la centrale de Bargny a repris service depuis un certain temps mais, les autorités étatiques n’ont encore rien fait pour que ce bateau quitte les eaux sénégalaises ».

Or, poursuit-il pour le dénoncer : « le bateau est une source de pollution de la mer. D’ailleurs, le poisson commence à se faire rare dans cette zone ».

Pour sa part, le leader du Mouvement « Léral Askan-Wi » alerte sur les conséquences sanitaires qui pourraient être engendrées par la présence de ce navire énergétique Turc dans les eaux sénégalaises.

Oumar Faye continue ainsi sa mission de lanceur d’alerte, avec la présence néfaste selon lui, du navire Turc fournisseur d’énergie électrique dans les eaux de Dakar.

Il rappelle en outre que le contrat qui lie ce bateau à l’Etat du Sénégal ou à la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC), s’étale sur une durée de 5 ans et coûte 150 milliards F CFA aux contribuables.

A en croire le chef de file du Mouvement « Léral Askan-Wi », les conséquences inhérentes à la présence de ce navire à Dakar commencent à se faire sentir aussi bien sur l’économie nationale, que sur la santé avec une flambée de maladies cardio-vasculaires.

Mieux, des impacts négatifs frappent actuellement de plein fouet le secteur de la pêche. Autant de désagréments causés aux citoyens, pour Oumar Faye, qui exige à l’Etat, le retour de ce navire en Turquie.

Rappelons que ce bateau, accueilli par le gouvernement du Sénégal hante le sommeil des pêcheurs. Selon les autorités, l’engin permet de renforcer la production d’électricité dans la région de Dakar. Mais après quelques temps de fonctionnement, les pêcheurs ont constaté une rareté du poisson dans la zone de Yarakh. 

Selon les acteurs de la pêche, le gouvernement avait promis d’accoster ce bateau au large de Gorée. Mais à leur grande surprise l’engin est actuellement au niveau du port de Dakar non loin de Hann. Et après constat, les autorités ont organisé une audience pour expliquer l’arrivée et les avantages du bateau.  Mais le fait est là : Plus de poissons dans la zone !

« Cette situation est une première depuis des années. A l’époque nous vendions le sac de poissons pélagiques à 100 FCfA. Mais aujourd’hui vous ne pouvez pas l’avoir à moins de 10 000 FCFA. Et il est difficile de remplir une caisse de poisson à sardines « yaboy ». Ce bateau nous a causé beaucoup de tort, nous n’avons que la mer pour vivre. En cette période les pécheurs revenaient avec beaucoup des caisses de poissons. Aujourd’hui les acteurs de la pêche n’ont que leurs yeux pour pleurer. Nous ne pouvons pas vous dire exactement depuis quand ce bateau est installé dans nos côtes. Mais depuis 5 ans nous souffrons de cette situation car les poissons se sauvent quand ils entendent ce bruit. Ce bateau doit quitter nos lieux de pêche pour une zone non exploitable », a martelé Alé Thiam, responsable du quai de Hann, qui a fait des investigations sur la vraie mission de ce bateau, sachant que les responsables de la Société de l’électricité du Sénégal ne veulent toujours pas se prononcer. Malgré leur silence, les responsables, relèvent que le secteur de la pêche permet au Sénégal d’empocher plus de 237 milliards FCFA par an.

Les pécheurs pensent que c’est à cause de ce bateau que les poissons sont partis vers d’autres zones. Suffisant pour Abdoul Karim Ndiaye alias Lippo, chef de quai de noter que « les pécheurs de la région de Dakar sont conscients de la rareté du poisson dans nos eaux. Les pécheurs vont un peu partout dans la sous-région à cause de la rareté du poisson. Et malgré cette fragilité et la rareté de nos ressources halieutiques, ce bateau Turc vient s’ajouter à la liste des problèmes. Nous ne pouvons pas concevoir la présence de cet engin près de la baie Hann. Le secteur de la pêche apporte plus de 237 milliards dans l’économie du Sénégal. Une personne en bonne santé ne peut rester plus d’une semaine sans consommer le poisson. Les jeunes du secteur de la pêche se présentent ici chaque matin pour rentrer bredouilles », dénonce-t-il.

Moctar FICOU / VivAfrik       

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here