La surpêche au Congo menace les requins en voie de disparition, selon un rapport

0

Chaque jour, les poissonniers de la République du Congo entassent des centaines de requins morts sur le rivage et commencent à couper les nageoires et à troquer des requins-marteaux et d’autres espèces en voie de disparition. L’activité balnéaire animée pourrait mettre en péril l’environnement marin dans le golfe de Guinée, a averti cette semaine le groupe de commerce des espèces sauvages TRAFFIC. Les pêcheurs artisanaux récoltent entre 400 et 1000 requins et raies par jour, selon les enquêtes menées l’année dernière. Les pêcheurs disent qu’ils n’ont pas le choix. Une augmentation de la pêche industrielle par des dizaines de chalutiers principalement chinois dans les eaux congolaises érode leurs moyens de subsistance. «Depuis l’arrivée des chalutiers chinois, c’est compliqué», raconte Alain Pangou, un pêcheur de 54 ans. «C’est difficile à vivre.» Dans un court métrage publié en parallèle du rapport lundi, Pangou et son petit équipage déplorent des jours révolus d’abondance de poissons, alors qu’ils nettoient un filet de jeunes marteaux – trop jeunes pour avoir eu une progéniture pour remplacer leur nombre. Sur le marché voisin de Songolo Beach, à Pointe-Noire, les commerçants marchandent des ailerons pour l’exportation vers l’Asie, tandis que le reste de la viande est vendu pour la consommation locale. «Les pêcheurs artisanaux de requins ne devraient pas être ciblés comme les mauvais garçons ici, ils se font écraser par un secteur de la pêche industrielle non réglementé», a déclaré Emma Stokes, qui dirige le bureau régional d’un autre groupe environnemental, la Wildlife Conservation Society. Dans le monde entier, les populations de requins sont en difficulté en raison de la pêche industrielle et de la pratique du « finning » – ou du découpage des ailerons de requin pour une soupe considérée comme un mets chinois. La demande d’ailerons a déclenché un raid mondial sur ces prédateurs au sommet. Une enquête mondiale sur l’océan publiée le 22 juillet dans la revue Nature a révélé que les requins étaient «fonctionnellement éteints» dans un cinquième des 371 récifs côtiers surveillés depuis 2015. Au Congo, les pêcheurs affirment que leurs captures ont diminué depuis que les bateaux chinois ont commencé à apparaître en 2000. Les plates-formes pétrolières installées dans le Golfe ont également réduit drastiquement la zone ouverte à la pêche. Les eaux du pays n’ont pas encore été étudiées; les fonctionnaires disent avoir besoin de financement et d’expertise extérieurs. «Nous les pêchons, nous savons comment faire cela, mais le stock est inconnu», a déclaré le directeur des pêches Benoit Atsango dans la vidéo, qui a été financée par le fonds caritatif Arcadia, renseigne entrecongolais.com.

Mauritanie : le ministre des Pêches visite des installations de son département

Le ministre des Pêches et de l’Économie maritime, Abdelaziz Ould Dahi, a visité, mercredi 19 août 2020, le marché aux poissons de Nouakchott, où il s’est enquis de la situation des équipements de congélation et de traitement, des étals de vente. Lors d’une réunion tenue dans les locaux de l’administration du marché, le ministre a indiqué, que le but de la visite était de s’informer sur les problèmes posés afin que les carences puissent être surmontées, et que les objectifs fixés soient atteints. Il a exprimé l’espoir de voir s’accélérer le rythme des travaux, dans un contexte de recherche de solutions aux problèmes posés. Le directeur général du marché, Dachk Ould Sid El Moktar, a fait un exposé sur le processus devant conduire l’institution à devenir un établissement public à caractère industriel et commercial. Il a passé en revue les objectifs visés à travers la création de l’institution, dont le plus important est l’approvisionnement du marché local en poisson frais, son exportation à l’étranger et la création d’emplois pour la jeunesse mauritanienne confrontée au chômage. Il a précisé que ce marché comprenait des ateliers de réparation d’embarcations de pêche et des usines de fabrication de glace, ajoutant que dans le cadre de la dynamisation du service de l’assainissement, un accord avait été conclu avec une société pour évacuer les déchets hors du marché. Le ministre a écouté les explications techniques faites par Fatma Mint Habib, coordinatrice du projet pour le développement des pêches en Afrique de l’Ouest dans notre pays, et par l’expert du projet, Sidi Mohamed Ould Amine, sur la composante marché du poisson au sein du Projet de développement des pêches en Afrique de l’Ouest. Ces explications ont été axées sur les priorités du marché, notamment la construction d’un mur d’enceinte et la mise en place d’un réseau d’éclairage composé de 166 pilonnes, en plus du renforcement des réseaux d’électricité et d’eau, ainsi que l’installation d’une usine de traitement des eaux. Le ministre a également visité les magasins de la Société nationale de distribution du poisson, dans la moughataa de Sebkha, dont le directeur général, Moktar Ould Ahmed Ould Bousseif, a fait une présentation détaillée sur les actifs de l’entreprise, l’implantation de ses centres dans les capitales des wilayas, son parc automobile et son système de transport du poisson congelé vers l‘intérieur du pays, a-t-on appris de ami.mr.

Pêche : 54 agents formés au métier d’observateurs de pêche

54 agents techniciens et ingénieurs des pêches ont été formés  au métier d’observateurs de pêche par la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP) en collaboration avec le projet « Dekkal Geej ». Ce, pour faire face au manque de personnel et pour renforcer la surveillance dans ce secteur. « Il y a certes la marine et les autres forces de sécurité qui font un grand travail, mais sans les observateurs de pêche, il va manquer un dispositif important dans la surveillance de la pêche. Nous pensons qu’après cette formation, vous êtes outillés pour faire votre travail en respectant les principes d’éthique et de transparence », a souligné le capitaine de vaisseau Mamadou Ndiaye, Directeur général de la DPSP, a pour sa part indiqué dakarmidi.net.

Moctar FICOU / VivAfrik                                 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here