La FAO met en exergue les chiffres de la déforestation dans le nouveau rapport de l’ONU

0

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié, mardi 15 septembre 2020, un nouveau rapport sur les avancées obtenues à l’échelle mondiale dans la réalisation des objectifs de développement durable. Parmi les thèmes évoqués, l’agence des Nations unies se penche notamment sur la déforestation qui continue de progresser à travers le monde.                

Selon la FAO dans le rapport publié à Genève, la forêt a perdu « presque 100 millions d’hectares » sur la planète en deux décennies, les superficies forestières ne « cessant de décliner », « quoique plus lentement par rapport aux décennies précédentes » et avec des tendances « opposées » selon les continents.

L’agence des Nations unies chargée de l’agriculture et de l’alimentation, qui supervise aussi les forêts relève qu’en terme de chiffres, la proportion de forêts par rapport à la surface terrestre mondiale est tombée à 31,2% en 2020, couvrant au total 4,1 milliards d’hectares, alors qu’elle était de 31,5% en 2010 et de 31,9% en 2000. Mais ces tendances mondiales traduisent des dynamiques opposées selon les régions.

La déforestation touche surtout l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud-Est, où elle s’est plutôt accélérée au cours des dix dernières années, ainsi que l’Amérique latine et centrale, où elle a plutôt tendance à ralentir.

Les pertes s’expliquent surtout par la conversion des forêts en terres agricoles destinées aux cultures ou aux pâturages, surtout dans les pays les moins avancés sur le plan économique ou les pays sans développement en littoral, selon la FAO.

S’agissant de l’Asie du Sud-Est, l’organisation onusienne note que la forêt recouvre 47,8% des surfaces contre 49% en 2015, et en Afrique sub-saharienne, 27,8% contre 28,7% il y a cinq ans. Des pays à vocation agricole comme la Côte d’Ivoire voient la forêt se réduire à 8,9% de la surface totale du pays contre 10,7% en 2015. Le Kenya, le Mali et le Rwanda résistent, avec des surfaces en très légère hausse.

Pour ce qui est de l’Amérique latine et centrale, la forêt n’occupe plus que 46,7% de la surface totale contre 47,4% il y a cinq ans. Au Brésil, les surfaces boisées ont ainsi régressé à 59,4% du territoire en 2020 contre 60,3% en 2015. Haïti continue sa déforestation avec seulement 12,6% de surfaces boisées contre 13,2% en 2015.

En revanche, dans la plupart des autres régions d’Asie, ainsi qu’en Europe et en Amérique du Nord, la superficie de forêts a « globalement augmenté entre 2000 et 2020 », en raison des efforts déployés en faveur du boisement et de la restauration des paysages et de l’expansion naturelle des forêts dans ces régions.

En France, la forêt recouvre 31,5% de la surface totale en 2020 contre 30,7% en 2015. En Italie, elle occupe 32,5% du territoire national contre 31,6% cinq ans auparavant, en Autriche, 47,2% contre 47%. En Allemagne, les forêts sont restées stables, à 32,7% de la surface totale, ainsi qu’au Portugal, à 36,2%.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here