Le PAM remporte le prix Nobel de la paix 2020 pour ses efforts contre la faim dans le monde

0

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a reçu vendredi 9 octobre 2020 le prix Nobel de la paix édition 2020. Ce prix a été attribué au PAM « pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par des conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à prévenir l’utilisation de la faim comme arme de guerre et de conflit », a indiqué le Comité Nobel norvégien dans un communiqué.

Originalité de cette année, le prix Nobel de la paix n’a pas été décerné à une personne physique, mais à une organisation. Les membres de la prestigieuse académie ont distingué le Programme alimentaire mondial des Nations unies pour ses efforts pour combattre la faim dans le monde, notamment dans les zones de conflit.

Reçu avec « humilité et émotion », ce prix est « une reconnaissance du travail du personnel du PAM qui met sa vie en danger chaque jour pour apporter nourriture et assistance à près de 100 millions d’enfants, de femmes et d’hommes affamés dans le monde », a indiqué pour sa le Directeur exécutif du PAM, David Beasley, dans un communiqué.

« Le prix Nobel de la paix n’est pas décerné seulement au PAM. Nous travaillons en étroite collaboration avec des gouvernements, des organisations et des partenaires du secteur privé dont la passion pour aider les personnes affamées et vulnérables est égale à la nôtre. Sans eux, nous ne pourrions pas aider qui que ce soit », a-t-il ajouté.

Des millions de personnes souffrent de la faim et comme le note le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, « Notre monde a également soif de coopération internationale ».

« Le PAM opère au-dessus du domaine politique, les besoins humanitaires étant le moteur de ses opérations. L’organisation elle-même survit grâce aux contributions volontaires des États membres des Nations Unies et du grand public », a écrit le chef de l’ONU dans un message de félicitation au PAM.

Le Programme alimentaire mondial est aussi récompensé alors que la pandémie due au nouveau coronavirus a fortement augmenté le nombre de victimes de famines à travers le monde.

« Un moment de fierté »

Recevoir le Nobel de la paix est un « moment de fierté », a de son côté, réagi un porte-parole du Programme alimentaire mondial des Nations unies, quelques secondes après l’annonce du comité Nobel norvégien.

« L’une des beautés des activités du PAM est que non seulement nous fournissons de la nourriture pour aujourd’hui et demain, mais nous donnons aussi aux gens les connaissances nécessaires pour subvenir à leurs besoins dans les jours qui suivent », a déclaré aux médias Tomson Phiri, lors d’un point de presse régulier à Genève, juste après avoir découvert en direct que son organisation avait été récompensée.

C’est le douzième prix Nobel de la paix attribué à une organisation ou une personnalité de l’ONU ou liée aux Nations Unies. Fondé en 1961 avec son siège à Rome et financé intégralement par des contributions volontaires, l’organisme onusien dit avoir distribué 15 milliards de rations et assisté 97 millions de personnes dans 88 pays en 2019.

Un chiffre vertigineux, mais qui ne représente qu’une fraction des besoins globaux. Opérant aussi bien par hélicoptère qu’à dos d’éléphant ou de chameau, le PAM se présente comme « la plus grande organisation humanitaire », une nécessité puisque, selon ses estimations, 690 millions de personnes dans le monde, soit une sur 11, souffraient sous-alimentation chronique en 2019. Et sans doute davantage cette année à cause de la pandémie.

Cette année, 318 candidatures étaient en lice, dont 211 individus et 107 organisations. Une liste pléthorique mais dont la composition reste toujours secrète.

Le prix – une médaille d’or, un diplôme et une somme de 10 millions de couronnes suédoises (près de 950 000 euros) – doit être physiquement remis le 10 décembre à Oslo en Norvège si les conditions sanitaires le permettent ou, dans le cas contraire, à distance via des moyens numériques.

Signalons que la pandémie de coronavirus a contribué à une forte augmentation du nombre de victimes de la faim dans le monde. Les nouvelles estimations du PAM montrent que le nombre de personnes souffrant de la faim dans les pays où il opère pourrait atteindre 270 millions avant la fin de l’année, soit une augmentation de 82 % par rapport à la période précédant la pandémie.

« Face à la pandémie, le Programme alimentaire mondial a fait preuve d’une capacité impressionnante à intensifier ses efforts », indique le Comité Nobel. « Le monde risque de connaître une crise de la faim d’une ampleur inconcevable si le Programme alimentaire mondial et les autres organisations d’aide alimentaire ne reçoivent pas le soutien financier qu’ils ont demandé ».

Rappelons qu’en 2019, le Nobel était allé au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, couronné pour le rapprochement qu’il a initié avec l’ancien frère ennemi, l’Érythrée, mais aujourd’hui confronté à des violences interethniques et des manifestations antigouvernementales, durement réprimées.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here