Afrique : les effets néfastes du changement climatique pourraient épargner le sorgho et le mil

0

Une étude de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a fait état qu’en Afrique, le changement climatique n’affectera pas toutes les cultures de la même manière. Le sorgho et le mil résisteront mieux que le riz ou le blé d’ici à 2050.

L’étude conduite par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) détaille que les deux cultures (le sorgho et le mil) seront les céréales les moins affectées en Afrique par les conséquences du changement climatique d’ici à 2050.

Le nouveau rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), publié le 26 octobre 2020 souligne en outre que dans le cas du scénario le plus défavorable présenté par l’OMM, le rendement moyen devrait diminuer de 5 % pour le mil et de 8 % pour le sorgho d’ici au milieu du siècle contre des baisses plus importantes de 12 % et 21 % respectivement pour le riz et le blé.

Cette moindre vulnérabilité aux effets du changement climatique des deux céréales, est liée leur meilleure résistance au stress thermique, ont affirmé les auteurs de l’étude. A les en croire, le mil est capable de fleurir jusqu’à une température de 42 °C, une performance exceptionnelle.

Poursuivant leurs explications, ils relèvent que ces deux céréales peuvent se développer dans les régions arides avec des exigences respectives en eau de 250 mm/an et de 350 mm/an, soit moins de la moitié du volume requis par le riz, 750 mm par an.

Le continent africain a connu durant ces dernières décennies, un niveau de réchauffement légèrement plus rapide que la moyenne mondiale et l’année 2019 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais constatées, affirme l’OMM.

Suffisant pour l’organisation d’indiquer que, « selon les scénarios médians présentés dans le cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), de vastes régions africaines connaîtront, d’ici les deux dernières décennies de ce siècle, un réchauffement supérieur à 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels ».

Pour rappel, le sorgho et le mil représentent deux céréales majeures en zones rurales dans les régions d’Afrique de l’Ouest et de l’Est.

L’Afrique fournit plus de la moitié de la production de mil. Sur le continent, les principaux producteurs de sorgho sont le Nigeria, l’Ethiopie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here