LES NUISANCES ENVIRONNEMENTALES DU TABAC : Fumer tue… l’environnement

0

Le tabagisme endommage l’environnement. De sa culture jusqu’à sa consommation, le tabac laisse une empreinte néfaste sur la planète. Tout le cycle de la vie du tabac pollue l’environnement. Quand il est cultivé, de grandes quantités de fertilisants et de pesticides sont utilisées. Lorsqu’il est allumé afin d’être consommé, il dégage des substances toxiques dans l’air. Enfin, lorsqu’il est jeté, ses composants se diluent dans l’eau et les sols. Le tabagisme empoisonne les ressources naturelles de la planète et met, du même coup, la vie de diverses espèces animales en péril.

Les mégots de cigarette sont les principaux déchets plastiques retrouvés dans l’environnement : ils peuvent représenter jusqu’à 40 % des déchets ramassés sur les plages de Méditerranée et plus de la moitié des déchets côtiers « capturés » en 2005 en Equateur (Marine Litter: A Global Challenge – PNUE, 06/2009).

Chaque année, plus de 6 000 milliards de cigarettes sont fumées dans le monde, pouvant conduire à plus de 500 000 tonnes de mégots rejetés dans l’environnement. Malheureusement, ces mégots composés principalement de matière plastique sont très faiblement biodégradables. En outre, ils contiennent de nombreux composés toxiques issus de la combustion qui peuvent menacer les organismes vivants.

Les chercheurs de l’Institut méditerranéen d’océanologie (MIO, France) et de l’Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM, Tunisie) ont montré que les mégots de cigarettes augmentaient les concentrations en fer, manganèse et zinc dans le milieu marin, contribuaient à l’acidification de l’eau de mer et modifiaient la composition des bactéries présentes dans les sédiments de surface en favorisant le développement de bactéries généralement connues pour vivre dans des sites hydrothermaux sous-marins profonds, appelés « fumeurs noirs ».

En France, 30 milliards de mégots sont jetés chaque année dont 40 % dans la nature finissent à la poubelle chaque année sont jetés dans la nature.
Or, un seul mégot peut contaminer plusieurs centaines de litres d’eau en raison du grand nombre de substances chimiques dangereuses qu’il contient (composés aromatiques, métaux lourds,…) et met plus de 10 ans à se dégrader.

Enfin, 5 millions d’hectares de forêts sont détruits chaque année pour sécher le tabac, contribuant à la déforestation

Les tests sur les animaux

Les fabricants de cigarettes Philip Morris et British American Tobacco (BAT) avouent, sur leur site Internet respectifs, qu’ils testent l’efficacité des additifs ajoutés dans les cigarettes sur des animaux vivants. Or, les conditions de ces tests sont écoeurantes et généralement, les animaux en meurent ou sont euthanasiés.
Ainsi, chaque jour, des milliers de chiens, chats, porcs, agneaux, poules, singes, rats et hamsters sont torturés à l’aide d’appareils et de masques, immobilisés sur des sièges de contention ou enfermés dans des cages-cercueil pour des expériences horribles et inutiles.
On fait des trous dans la gorge des chiens beagles, par lesquels ils sont forcés à inhaler de la fumée de cigarette concentrée, jusqu’à une mort prématurée. Les singes reçoivent de hautes doses de nicotine et d’additifs qui sont inhalés, ingérés ou appliqués sur la peau. Des femelles gestantes sont enfermées dans des cages très étroites pour étudier l’effet de la nicotine sur les foetus, les rongeurs sont contraints à respirer de la fumée concentrée, enfermés dans des cages-cercueil. BAT a reconnu que des souris, des rats et des hamsters sont utilisés pour ses recherches.
Les tests sur les animaux sont interdits en Grande-Bretagne mais pas aux États-Unis ou dans l’UE. Le principal centre de tests sur les animaux travaillant pour le compte de Big Tobacco est la Covance (Virginie, Etats-Unis) dont les activités insoutenables sont notamment relatés sur le site Internet Covance Cruelty.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here