Lutte contre les criquets pèlerins : la SADC lance un appel régional

0

Les essaims de criquets pèlerins qui s’abattent en Afrique obligent la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) à lancer un appel régional d’assistance de 20 millions de dollars américains dans ses efforts pour contrôler une invasion de criquets pèlerins qui a ravagé les cultures dans certaines parties de la région.

A noter que l’appel, qui a été lancé virtuellement par le ministre de l’Agriculture du Mozambique, Celso Correia, mercredi 11 novembre 2020, et le Secrétaire exécutif de la SADC, Stergomena Lawrence Tax, fait suite à la menace persistante posée par les criquets qui ont envahi la région depuis le début de cette année.

Les fonds seraient utilisés, entre autres, pour faciliter la coopération transfrontalière afin de répondre efficacement à l’attaque acridienne, renforcer les capacités de préparation dans la région et faciliter la surveillance au sol, la cartographie et l’alerte précoce pour une action préventive, a souligné M. Correia.

« Puis-je donc appeler nos partenaires à soutenir pleinement cet effort en vue de lutter contre cette invasion qui pourrait s’étendre non seulement à tous les Etats membres de la SADC, mais migrer à travers d’autres régions avec des conséquences désastreuses pour la sécurité alimentaire du continent africain », a indiqué le ministre.

Rappelons que le premier foyer de criquets a été signalé en février 2020 et a touché l’Afrique du Sud, le Botswana, l’ESwatini, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie et la Zambie. A l’époque, les Etats membres touchés étaient en mesure de contrôler les essaims, mais il y a eu une résurgence des criquets en mai 2020, qui a affecté l’Angola, le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe.

A cet effet, Correia a expliqué que la propagation accrue des essaims de criquets constituait une menace sérieuse pour les cultures d’été et que cela obligeait la SADC à agir d’urgence de manière coordonnée pour faire face à cette menace.

Les ressources actuellement disponibles auprès des Etats membres et d’autres partenaires tels que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) n’étaient plus suffisantes pour contenir l’épidémie, d’où la nécessité d’un appel régional, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Stergomena Lawrence Tax a déclaré que l’attaque de criquets migrateurs africains constituait un sérieux obstacle à la production et à la productivité agricoles, et pouvait augmenter l’insécurité alimentaire, en particulier avec la situation de sécurité alimentaire régionale déjà précaire causée par des cycles de sécheresse persistante et l’impact de la pandémie de Covid-19.

« Les effets combinés de la Covid-19 et de l’invasion acridienne sont susceptibles d’accentuer la vulnérabilité aux conditions météorologiques extrêmes, entre autres défis rencontrés dans la région », a conclu M. Tax.

Moctar FICOU / VivAfrik  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here