Quand l’Afrique se fracture le long du Grand Rift, brisant l’île de Madagascar

0

Le plus grand rift continental du monde, le système de rift est-africain fracture lentement le continent africain qui finira par se séparer en deux dans quelques millions d’années. Si ce scénario est maintenant connu, une nouvelle étude a réussi à délimiter plus précisément les déformations et microplaques en jeu, ce qui permet de prévoir également la fracture de la grande île de Madagascar.

Le continent africain se fractionne lentement en plusieurs blocs tectoniques le long du plus grand rift continental au monde : le rift est-africain qui marque la séparation entre deux grandes plaques tectoniques, la plaque africaine (ou nubienne) et la plaque somalienne. Celles-ci s’éloignent l’une de l’autre de quelques millimètres par an : c’est au Nord du Rift que la vitesse de divergence entre les deux plaques est la plus rapide (environ 5 mm /an), en moyenne elle est de 3 mm.

Cette fracture cataclysmique ouvrira de nouveaux océans, brisera des pays entiers et redéfinira l’Afrique et l’océan Indien selon une étude dirigée par D. Sarah Stamps, (professeur au Virginia Tech College of Science) et publiée dans la revue Geology.
L’équipe a effectué de nombreux relevés GPS de mouvements de surface très précis pour mieux comprendre la dynamique des plaques et micro-plaques en Afrique de l’Est, à Madagascar et dans plusieurs îles de l’océan Indien.

La fracture est bien sûr visible dans le paysage avec la vallée du Grand Rift mais aussi via l’apparition soudaine d’impressionnantes failles comme dans la zone de Suswa (Kenya) fin mars 2018.

« La plupart des études précédentes ont suggéré que la déformation est localisée dans des zones étroites autour des microplaques qui se déplacent indépendamment des grandes plaques tectoniques environnantes« , a déclaré Stamps. Le nouvel ensemble de données GPS révèle que le processus de rupture est plus complexe et plus distribué qu’on ne le pensait auparavant, selon les recherches menées en collaboration avec l’Université du Nevada-Reno (USA), l’Université de Beira Interior (Portugal), et l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo à l’Université d’Antananarivo à Madagascar.

Ils ont notamment découvert que la zone de déformation des plaques fait environ 600 km de large, de l’est de l’Afrique jusqu’à des pans entiers de l’île de Madagascar. Ce qui signifie que l’île est entrain de se fracturer en deux : la partie sud se déplace avec la micro-plaque Lwandle, tandis que le centre et le nord de Madagascar suit la plaque somalienne.

« Définir avec précision les limites des plaques et évaluer si les continents divergent le long de zones à déformation étroite ou à travers de larges zones de déformation diffuse est crucial pour démêler la nature de la rupture continentale« , a expliqué Stamps qui ajoute : « Dans ces travaux, nous avons redéfini la façon dont le plus grand rift continental du monde se déforme à l’aide d’une nouvelle solution GPS.« 

Enfin, la délimitation de la large zone de déformation aide les géoscientifiques à comprendre l’activité sismique et volcanique récente et en cours dans les îles Comores, situées dans l’océan Indien entre l’Afrique de l’Est et Madagascar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here