Promotion de l’économie verte : le Congo-Brazzaville abrite la Foire aux plants

0

La quatrième édition de la Foire aux plants qui se déroule actuellement au Congo-Brazzaville sous le thème : « J’achète un plant et je participe à la Journée nationale de l’arbre » vise à promouvoir l’économie verte dans le pays d’Afrique centrale. La Foire est organisée notamment à Dolisie, Oyo, Pointe Noire et Brazzaville où Rosalie Matondo, Ministre de l’Economie forestière a patronné la cérémonie en présence de son homologue de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou, du Directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Michel Elenga et du maire de la ville de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba ainsi que des cadres et agents du ministère de l’Economie forestières et les exposants.

À l’initiative du ministère congolais de l’Économie forestière, Brazzaville abrite jusqu’à fin novembre 2020 la quatrième édition de la Foire aux plants. Encore appelée rendez-vous des mains vertes, cette Foire est une vitrine pour les horticulteurs qui écoulent arbres fruitiers, plantes médicinales et essences forestières, au grand bonheur des planteurs. Le bilan des éditions précédentes est bien flatteur.

La cour du ministère de l’Economie forestière est à l’image d’une forêt qui commence à pousser. Les pluies qui tombent ces derniers temps aident les pépiniéristes à maintenir leurs plants en forme. Au milieu de sa pépinière dénommée le Végétatif, l’agronome Edouard Massengo a dressé une petite table où il établit les factures de ceux qui achètent ces plants. Sa première facture de la journée est très intéressante. « J’ai fait une facture après avoir livré 20 avocatiers en forme de calebasse, 15 mandariniers, dix citronniers meilleurs, cinq manguiers Tommy, dix laitues de Malaisie (…). Ça fait une facture globale de 199 000 FCFA. »

Amoureux de l’arboriculture, Christian Sahir a visité la foire et n’est pas sorti bredouille. « J’ai pu acheter un manguier greffé. J’ai vu des citronniers, des orangers et des cocotiers. Donc, il y a une variété de plants qu’on ne trouve qu’à cette foire. »

Une chemise verte bien enfilée, Rosine Ngampio Akouala tient le point de vente du Service national de reboisement (SNR) où elle propose des huiles essentielles. « Ce sont des huiles faites à base de l’eucalyptus citrodora. C’est à la fois un anti-inflammatoire, un anti-rhumatisme. Elles repoussent les mouches et les moustiques. Ça parfume. Elles rendent la tension stable, qu’elle soit hyper ou hypo. »

La quatrième édition de la foire aux plants a été motivée par les résultats positifs enregistrés lors des trois précédentes éditions, selon le bilan présenté par François Mankessi, superviseur des opérations techniques au Pronar, le Programme national d’afforestation et de reboisement.

« Depuis que la foire aux plants a été lancée nous avons reçu sur le site 18 584 visiteurs pour 4 165 acheteurs, puis 39 416 plants achetés. Et, les recettes globales de ces trois premières éditions s’élèvent à plus de 45 millions 800 000 FCFA », dit M. Mankessi avec détails.

L’ambition des organisateurs est d’étendre à l’avenir la foire aux autres contrées du pays, afin d’en faire un évènement de portée nationale.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire