« La RSE a toujours fait partie de l’ADN de RAWBANK », dixit Isaac Kalala

0

Le Directeur Conformité & RSE de RAWBANK, Isaac Kalala a profité d’une visio-conférence organisée, mardi 24 novembre 2020, en marge de la cérémonie de publication du premier Rapport de Responsabilité sociale et environnementale (RSE) de la RAWBANK, une initiative qui démontre l’engagement de la banque pour le développement durable de la République Démocratique du Congo (RDC) pour s’exprimer largement sur la démarche RSE de cette institution financière. Voici sa déclaration contenue dans le Rapport.

« Notre démarche sert une ambition : celle d’opérer en RDC de façon durable et responsable. Cela passe par l’identification des attentes de nos parties prenantes, l’impact de nos activités et la maitrise des risques liés à celles-ci. Notre approche de responsabilité sociétale d’entreprise s’articule autour de deux axes prioritaires : la réalisation de résultats à impact positif durables et la recherche d’efficience opérationnelle. Pour y parvenir, nous avons intégré dans notre stratégie RSE établie sur 2019-2021, les Objectifs de Développement de Durable (ODD) fixés dans le cadre du programme des Nations Unies à horizon 2030. Bien entendu, dans la réalisation de ces ODD, nos efforts se portent sur des objectifs identifiés et liés aux actions de Rawbank, à savoir la lutte en faveur de l’égalité homme-femme, le combat contre la pauvreté à travers la promotion de l’entreprenariat et le bien-être de tous, collaborateurs comme populations locales.

La RSE a toujours fait partie de l’ADN de Rawbank. Depuis 2002, Rawbank possède sa propre Fondation qui agit principalement en faveur de l’éducation des jeunes générations. Les actions d’alors étaient très orientées sur la réhabilitation d’établissements scolaires et l’approvisionnement de fournitures scolaires. En 2010, nous avons connu un tournant. Rawbank s’est vu octroyer un prêt de la SFI (filiale de la Banque Mondiale) d’un montant total de 7 millions de dollars en vue de renforcer ses capacités de financement. À partir de ce moment-là, la Direction Générale a décidé de mettre en place une politique de gestion des risques environnementaux et sociétaux liés à l’octroi de financements.

S’en est suivi deux projets majeurs qui ont marqué notre engagement responsable. Le premier projet a été mené en partenariat avec le PNUD et une entreprise locale basée à Walungu dans le Sud-Kivu. Il consistait à donner à la population une capacité de prise en charge pour lutter contre la pauvreté. Le principe était simple : 200 entrepreneurs et artisans locaux ont été formés sur les questions de comptabilité et de management. Rawbank, au travers d’une coopérative locale, a accordé un fonds visant à renforcer les capacités financières et accorder des crédits aux entrepreneurs. Certains entrepreneurs ont bénéficié directement de crédits pour lancer leur entreprise, d’autres ont bénéficié d’équipements pour démarrer leur activité de la part de partenaires externes comme Airtel. Ce projet à la dynamique vertueuse a permis de former des entrepreneurs, de construire un marché et de financer une coopérative à travers laquelle des entrepreneurs locaux ont reçu des financements. De plus, les remboursements et les intérêts générés ont permis à la coopérative de croitre et aux entrepreneurs de se développer.

Après presque 20 ans d’implication dans une démarche responsable et forts de notre expérience, nous avons la conviction que plus nous sommes nombreux à investir le terrain de la RSE, plus notre impact est fort. Nous souhaitons donc fédérer le plus grand nombre de personnes sur les questions sociales et environnementales. Nous comptons consolider notre position et notre rôle d’acteur du changement. Cela va passer par une présence et une collaboration accrue avec les ONG telles que Global Compact et ONU Femmes. Nous croyons à la force du groupe. Nous connaissons tous ce célèbre adage : « Seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin». Le but est de renforcer notre participation dans les regroupements d’entreprises et travailler davantage dans le secteur bancaire.

Concernant l’environnement, nous voulons aller plus loin et réduire voire annihiler notre empreinte environnementale au travers de projets notables : la gestion des déchets et le puits carbone d’ici à 2025. En tant que banque, nous jouons un rôle dans la croissance et la stabilité économique du pays. Mais nous aspirons également, sur le long terme, à ancrer un changement de mentalité quant à la façon du faire du business. Nous désirons également continuer à être précurseur sur des sujets tels que la parité et la promotion de la femme à des fonctions de responsabilité ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire