Un Rwandais décroche le premier poste à l’initiative numérique France-Afrique

0

Aphrodice Mutangana, passionnée de technologie rwandaise, a été nommée directrice générale adjointe et directrice des opérations chez Digital Africa, une initiative lancée en 2018 par le président français Emmanuel Macron. L’initiative a été créée pour développer l’expertise, fournir une assistance technique, financer des projets et des entreprises, faciliter l’accès au marché et créer un environnement réglementaire qui soutient l’innovation africaine. Mutangana était avant sa nomination le directeur général de Klab, un espace d’innovation technologique à Kigali, où il avait travaillé pendant cinq ans. Au niveau de l’entité mondiale, les tâches de Mutangana comprendront la mise en place de la base du travail d’Africa Digital sur le continent, comme la création de réseaux et de partenariats, ainsi que la garantie d’un impact maximal dans les programmes dans lesquels ils sont impliqués. «Il sera impliqué dans le développement de la mission et s’assurant que nous atteignons nos objectifs et établissons le numérique africain localement, il est basé à Kigali pour l’instant. Nous cherchons à établir notre présence africaine avec des bureaux locaux et à établir des partenariats avec les acteurs existants. Sa responsabilité sera d’animer le réseau de partenaires entre autres tâches », a déclaré Gras. À la disposition de l’organisation, un financement de 130 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD) permet aux entreprises innovantes de recevoir des capitaux pour soutenir leur développement. Sur ces fonds, 55 millions d’euros ont été alloués pour couvrir le développement de startups en démarrage, ainsi que des incubateurs et des fonds d’amorçage, 70 millions d’euros pour le capital-risque et 5 millions d’euros de financement provisoire pour soutenir les startups touchées par la pandémie COVID-19. Gras, le directeur exécutif qui se trouve actuellement au Rwanda, a déclaré qu’ils étaient en train de cartographier et d’atteindre des partenaires potentiels avec lesquels travailler dans leurs divers objectifs. Les partenaires locaux seront impliqués dans la mise en œuvre et l’accélération des initiatives et en même temps assureront leur pertinence, note 24news.com.

Aider les start-ups à accéder à plus d’opportunités à travers le continent

Parmi les opportunités que les start-ups rwandaises pourront rechercher dans les prochains jours, citons des programmes de bourses pour les compétences et l’expertise, des voies d’accès au capital ainsi que des contributions au plaidoyer politique.Le travail de l’agence sur le continent comprendra également la facilitation de l’accès aux marchés pour aider les start-ups à accéder à plus d’opportunités à travers le continent. Par exemple, il y a trois semaines, l’agence a lancé un fonds relais de 5 millions d’euros pour mettre des capitaux à disposition des jeunes entreprises africaines innovantes dont le développement est compromis par l’impact économique de la pandémie Covid-19 (comme l’annulation ou le retard des processus de collecte de fonds) avec les Rwandais invités à postuler sur le site internet de l’agence.« Pour nous, le Rwanda est particulièrement intéressant à la fois en tant que plaque tournante des services financiers et technologiques et des investissements antérieurs dans le soutien de la technologie au fil des ans. Nous recherchons des partenaires avec lesquels travailler au Rwanda dans nos diverses initiatives », a déclaré Gras. L’agence a déclaré qu’elle travaillait à augmenter les montants disponibles pour les entrepreneurs numériques, non seulement le financement français, mais aussi le financement mondial et africain en travaillant avec des communautés de capital-risqueurs.« Nous allons également travailler avec l’écosystème local pour soutenir les acteurs locaux dans l’élaboration de politiques durables et propices à des écosystèmes numériques durables et inclusifs. Nous accompagnerons les acteurs locaux dans la mise en place d’un environnement conforme aux besoins de l’écosystème numérique », a-t-elle déclaré. Commentant son nouveau mandat et ses nouveaux objectifs, Mutangana a déclaré qu’ils chercheront à créer des partenariats susceptibles d’avoir un impact sur tout le continent. Digital Africa engage actuellement un certain nombre d’entités gouvernementales et du secteur privé, notamment Rwanda Finance Limited, Rwanda Development Board et des banques, entre autres, poursuit la source citée plus haut.

Créée il y a deux ans, l’Agence d’innovation de défense est-elle un grand flop ?

Présenté en avril 2019 au salon Sofins, le grand raout des forces spéciales organisé sur le camp de Souge (Gironde), ce drone unique au monde avait impressionné industriels et opérationnels. Développé par la start-up bordelaise Robotics Industry avec le soutien de Thales et du 13e régiment de Dragons parachutistes (13e RDP), cet engin multi-milieux peut être doté, au choix, de rotors pour en faire un drone de reconnaissance, de roues pour en faire un drone terrestre, d’un bras articulé pour les missions de déminage, ou même de flotteurs pour le transformer en drone naval de surface. « C’est sept drones en un seul, résume le fondateur de Robotics Industry Marco Calcamuggi. Pour répondre au besoin des forces spéciales, on a conçu le drone de façon à `ce que les opérateurs puissent passer d’une version à l’autre en quelques secondes, sans outil ». Présenté à la ministre des Armées Florence Parly lors du salon Sofins, le projet n’attendait plus que le soutien de l’AID pour pouvoir être testé en opérations. Las, le projet n’a jamais reçu les 500.000 euros demandés. Il ne sera pas non plus présenté lors du Forum Innovation Défense, organisé par l’Agence d’innovation de défense (AID) du 2 au 4 décembre. Malgré l’insistance de la start-up, mais aussi de Thales et du 13e RDP, l’AID, créée en 2018 pour accélérer l’innovation au profit des armées, a refusé à deux reprises de soutenir le projet. Robotics Industry, qui avait embauché plusieurs salariés et investi 200.000 euros dans Brain, a vu sa situation financière se dégrader, et a dû se placer en redressement judiciaire en février dernier. « J’avais trouvé un fonds d’investissement prêt à mettre 3 millions d’euros dans la société, à condition que le projet Brain soit soutenu par l’AID, raconte Marco Calcamuggi. On avait l’occasion de créer le leader européen des drones modulaires, avec un marché mondial que Thales estimait énorme. Le refus de l’AID a tout fait capoter ». La décision de l’AID a provoqué la colère du Commandement des opérations spéciales (COS), friand d’innovation rapide, mais aussi du président de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset, soutien de la première heure de la start-up. « La situation de Robotics Industry est la conséquence d’une politique de l’Agence d’Innovation de Défense, qui n’a pas voulu suivre le financement des projets engagés avant sa création, accuse l’élu dans une lettre au mandataire judiciaire datée du 3 novembre 2020, dont Challenges a obtenu copie. Les commandes attendues n’ont pas été engagées, alors qu’elles auraient été le levier qui aurait permis de faire rentrer des investisseurs privés. Sans ces commandes, la situation financière (de l’entreprise) s’est dégradée, avec pour conséquence sa mise en redressement judiciaire », note challenges.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik  

Laisser un commentaire