L’OPEP+ envisage une hausse progressive de sa production de pétrole à partir de janvier 2021

0

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, désignés sous le nom d’OPEP+, ont accepté d’augmenter leur production de pétrole de 500.000 barils par jour (BPJ) à partir du mois de janvier 2021. Un compromis prudent, bien accueilli par les marchés pétroliers.

En Termes clairs, les 23 pays de l’alliance OPEP+, menée par l’Arabie saoudite et la Russie, ont fini par se mettre d’accord jeudi 3 décembre 2020, après avoir ajourné leurs discussions lundi 30 novembre de l’année.

Rappelons que les cours du pétrole ont rebondi à 48,83 dollars dans la soirée du jeudi 3 décembre 2020, après le communiqué de l’OPEP+. Les marchés pétroliers sont soulagés du compromis trouvé par l’alliance élargie à 23 pays exportateurs de pétrole. Ce n’était pas gagné et toute la semaine a été nécessaire pour rapprocher les positions.

Cette augmentation signifie que la limitation de l’offre sera ramenée à partir de janvier à 7,2 millions de BPJ.

L’Arabie saoudite voulait prolonger l’effort de réduction de la production jusqu’au mois de mars, étant donné les risques de troisième vague de coronavirus sur l’économie mondiale et donc sur la consommation de pétrole. Mais d’autres comme la Russie, l’Irak, le Nigeria, les Emirats arabes unis avaient hâte de rouvrir grand les vannes de 2 millions de barils par jour.

Encouragés par la remontée des cours du brut à la fin novembre 2020, après l’annonce de tests prometteurs sur trois vaccins contre le Covid-19, ils craignaient aussi de se voir doubler par les pétroles de schiste américain, quasiment redevenus rentables.

C’est au final une augmentation prudente et très progressive qui a été décidée : 500 000 barils de plus par jour en janvier 2021, et peut-être une hausse similaire en février et en mars prochains. L’OPEP+ le décidera mois par mois. 

Le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, a annoncé que les membres de l’OPEP+ ont convenu de se réunir chaque mois afin d’ajuster leur politique au-delà de janvier mais que la hausse mensuelle de la production n’excéderait pas 500.000 bpj.

Il a précisé que les réductions des pays ayant surproduction au cours des mois précédents avaient été prolongées jusqu’en mars 2021.

Rappelons que l’OPEP+ est confronté à un exercice d’équilibriste pour pousser les cours du pétrole à la hausse et soutenir les économies des pays membres tout en essayant de limiter l’augmentation des prix afin d’éviter une reprise de la production des Etats-Unis.

Moctar FICOU / VivAfrik   

Laisser un commentaire