Le Sénégal lance officiellement le projet 4R de résilience face aux changements climatiques

0

Le ministre secrétaire général du gouvernement sénégalais, Abdou Latif Coulibaly, a présidé, jeudi 3 décembre 2020, la cérémonie de lancement du projet 4R de résilience face aux changements climatiques en présence de la représentante résidente du Programme alimentaire mondial (PAM), Fatiha Terki.

Ce projet d’un coût global de 5,580 milliards de francs CFA (10 millions de dollars USA) est le premier en Afrique et financé par le Fonds vert climat. D’une durée de quatre ans (2020-2023), le projet 4R va cibler 405 000 personnes dans les régions de Tambacounda, Kolda, Kaffrine, Kaolack et Fatick, qui seront des bénéficiaires directs.

Cette initiative oblige le secrétaire exécutif du Conseil national de la sécurité alimentaire, Jean Pierre Senghor, de parle de nouveaux défis du gouvernement du Sénégal pour mettre un terme à l’éternelle assistance aux producteurs vulnérables.   

Grâce au projet 4R, les petits producteurs des cinq régions citées plus haut vont bénéficier d’un appui visant le renforcement de la résilience.

Cette initiative vient renforcer les programmes nationaux de résilience menés par le secrétaire exécutif du conseil national de sécurité alimentaire (SECNSA).

Il vise au total 405 000 personnes vivant dans les zones de vulnérabilité identifiées à travers le territoire national, selon Fatiha Terki, directrice bureau pays du Programme alimentaire mondial au Sénégal.

L’initiative en faveur de la résilience rurale demande une élaboration de mécanismes plus appropriés destinés à faire face aux conditions extrêmes, comme la sécheresse, a indiqué Fatiha Terki, lors du lancement du projet.

« La construction d’une résilience durable des populations, est un travail de longue haleine », a-t-elle rappelé.

Aujourd’hui, a-t-elle indiqué, il « est impératif d’organiser la résilience des populations rurales en combinant les quatre stratégies que sont la réduction des risques, le transfert de risques, la réserve contre les risques et la prise de risques calculée (4R) ».

« Si nous voulons briser le cercle vicieux de la récurrence, de plus en plus rapprochée, des crises alimentaires et nutritionnelles qui frappent l’Afrique sub-saharienne et en particulier le Sénégal depuis plus d’une décennie, nous devons combiner ces quatre stratégies », a-t-elle souligné, ajoutant que la phase pilote a déjà révélé la pertinence de la résilience rurale.

« Aujourd’hui, nous sommes plus qu’heureux, de voir le gouvernement du Sénégal se l’approprier et aller à la mise à l’échelle de l’initiative 4R », a-t-elle dit.

Elle a indiqué qu’à partir de la saison agricole 2020 et dans le cadre de la mise à l’échelle de l’initiative 4R, « le PAM va continuer à soutenir les petits producteurs vulnérables des régions de Tambacounda, Kolda et progressivement, s’étendre dans les régions de Fatick, Kaffrine et Kaolack, à partir de 2021 ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire