Voitures électriques : une borne de recharge intelligente 100% marocaine

0

La première borne de recharge intelligente pour véhicules électriques, 100% marocaine, baptisée « iSmart », a été présentée, lundi 21 décembre 2020 à Rabat, en présence notamment du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. Développée à la demande d’industriels du secteur automobile par le Green Energy Park, plateforme de recherche mise en place conjointement par l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Énergies Nouvelles (IRESEN) et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), et soutenue par le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique et le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, « iSmart » représente une nouvelle génération de bornes de recharge intelligentes pour voitures électriques à usage professionnel et domestique. S’exprimant en marge de cette cérémonie, M. Elalamy a indiqué que l’électrique est en train de prendre le pas dans le secteur automobile de façon importante, relevant que cette borne intelligente est un produit hautement technologique qui répond aux besoins des Marocains, qui détiennent des voitures électriques, et qui ont constamment besoin de recharge. Le Maroc s’est investi dans le secteur automobile de façon sérieuse depuis des années, a-t-il dit, affirmant que « ce secteur est en train de se transformer totalement, graduellement, lentement mais sûrement vers de l’énergie renouvelable, avec l’électrique en priorité ». Les ingénieurs marocains sont arrivés, comme souvent, à réaliser des innovations de grande qualité, s’est-il félicité, relevant que le ministère les accompagne pour pouvoir industrialiser et transformer ce process, qui est de plusieurs étapes. Il s’agit de passer du prototype à de l’industrialisation, accompagner avec des subventions, quand c’est nécessaire, pour avoir les sous-traitants et que l’ensemble de l’écosystème soit complet et puisse avoir un taux d’intégration plus important, a expliqué M. Elalamy dans une déclaration à la presse. Il s’agit également de la commercialisation au Maroc, via l’accompagnement pour avoir des places (installation dans des stations d’essence..) et des accords avec tous les distributeurs possibles ainsi que l’ouverture sur les marchés internationaux avec des produits marocains de haute valeur ajoutée, note leseco.ma.

L’initiative accompagne la décarbonisation du secteur de la mobilité

De son côté, Badr Ikken, directeur général de l’IRESEN, a relevé, dans une déclaration à la presse, qu’il s’agit de la première borne de recharge de véhicules électriques développée, conçue et designée et fabriquée au Maroc, précisant que celle-ci sera industrialisée à partir de 2022 et avec une production de 5000 bornes par an. C’est un excellent exemple de transfert technologique, a-t-il-dit, soulevant que la borne offre plusieurs avantages notamment la recharge rapide, la connectivité 4G, une plateforme de contrôle et de suivi et un projecteur intégré permettant la projection d’information et de publicité. Avec des puissances allant de 7,5 kW/22 kW/ à 50 kW, M. Ikken a soulevé que la borne recharge rapidement une petite voiture en 30 minutes. « Sa conception est modulaire et peut être intégrée au niveau mural, fixée sur pieds ou intégrée aux candélabres », a-t-il fait savoir, notant que cette initiative accompagne la décarbonisation du secteur de la mobilité et la valorisation industrielle permettant ainsi l’émergence d’une filière. Dans le cadre de l’écosystème vert, dans son volet mobilité durable, une ligne de production de cette nouvelle génération de bornes intelligentes sera installée à Benguerir en 2022, avec l’appui du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique pour l’industrialisation de ce projet. Pour l’industrialisation de cette borne, des partenariats de sous-traitance seront développés avec des industriels opérant notamment dans l’injection plastique, l’usinage / pliage tôle fine, la découpe laser et la fabrication de cartes électroniques. Une borne rapide d’une capacité variant entre 20 kw et 60 kw est également en cours de développement pour une commercialisation prochaine, renchérit leseco.ma.  

Maroc – lancement du premier Hackathon digital dédie à l’innovation dans le secteur portuaire

L’Agence Nationale des Ports a donné le coup d’envoi du 1er Hackathon digital consacré à l’innovation dans le secteur portuaire au Maroc : Smart Port Challenge 2020. Organisé par l’Agence Nationale des Ports et Portnet S.A., en partenariat avec l’Alliance mondiale pour la Facilitation du Commerce, le Hackathon Smart Port Challenge 2020 constitue une véritable occasion pour apporter des solutions concrètes et innovantes aux grands défis du secteur portuaire. Il fait appel à tous les experts du domaine, aux chercheurs, aux startups, aux entreprises et aux étudiants pour tenter de trouver des réponses créatives aux défis actuels de développement des ports intelligents de demain sur les différentes facettes liées notamment au développement durable, à la transition énergétique, à la performance logistique, à la facilitation des échanges, à la continuité des services portuaires. Lors de son allocution d’ouverture, Nadia Laraki, Directrice Générale de l’ANP et Présidente du Conseil d’Administration de PORTNET SA, a souligné que cette conférence est organisée au moment où l’Agence, en collaboration avec la communauté portuaire accélère la transformation numérique des ports marocains pour faire de la digitalisation un levier d’excellence pour le développement des ports en impliquant les différentes parties prenantes de l’écosystème portuaires. Elle a souligné aussi que l’Agence a fait de l’innovation et de l’anticipation des prérequis de l’implémentation de sa stratégie de développement et de modernisation des ports en vue de booster la compétitivité des ports du royaume et du commerce extérieur en apportant des solutions Innovantes aux grands challenges portuaires. A la fin de son allocution, Nadia LARAKI a précisé que ce Hackathon 100% en ligne constitue une excellente opportunité pour les experts, les chercheurs les universitaires, les entreprises et les startups qui souhaitent exercer leurs talents et participer à cette première édition, de façon à apporter des réponses pertinentes et innovantes aux 7 challenges et problématiques portuaires identifiés. Philipe Isler Directeur de l’Alliance Mondiale pour la Facilitation des échanges a précisé dans son allocution que ce Hackathon est le résultat de plusieurs mois de préparation et de coordination entre L’Alliance mondiale pour la facilitation du commerce et l’Agence Nationale des Ports ce qui permettra de créer un carrefour d’innovation entre les écosystèmes portuaires et les innovateurs dans le monde. Son intervention a été suivie par la présentation des challenges par des représentants de la communauté et de l’écosystème portuaires, logistiques et du commerce extérieur au Maroc. Aussi des informations sur les règles et les conditions générales et sur le planning du Hackathon ont été partagées avec les participants qui ont jusqu’au 24 janvier 2021 pour soumettre leurs projets. A l’issue de ce Hackathon, trois gagnants seront annoncés et un prix pour la meilleure innovation marocaine lors de la finale prévue le 29 janvier 2021. Ces gagnants verront leurs projets d’innovation incubés par plusieurs acteurs de la communauté portuaire et logistique. A la fin de cette cérémonie d’ouverture, Tarik Maaouni, Directeur de l’organisation et du système d’Information à l’Agence Nationale des Ports a donné le coup d’envoi de ce Hackathon 100% en ligne, relaie de son côté ecoactu.ma.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire