Vers le changement de la face de l’agriculture africaine par la mécanisation

0

Le secteur de l’agriculture est le pourvoyeur d’emploi de la majorité des populations africaines et génère une bonne partie du produit intérieur brut (PIB). Malgré son rôle important, il est peu développé dans la plupart des pays africains. Pourtant, le potentiel d’expansion du secteur est considérable à tous les niveaux. Les faibles niveaux d’utilisation d’intrants et de mécanisation sont cités parmi les principales contraintes au développement du secteur. Ainsi, il fort probable que la mécanisation pourrait changer la face de l’agriculture africaine et contribuer à la sécurité alimentaire.  

Pour comprendre les effets de la mécanisation, des chercheurs ont collecté des données dans 87 villages au Bénin, au Nigeria, au Mali et au Kenya. Dans une étude, ces derniers ont cherché à comprendre comment la mécanisation pourrait changer le visage de l’agriculture africaine et des zones rurales.

En Afrique, la force de travail dépend dans une écrasante majorité de la force physique avec l’utilisation d’outils manuels comme la houe pour exécuter les différentes opérations culturales. Ces outils ont des limites implicites en termes d’énergie et de rendement potentiel, en particulier dans un environnement tropical. Ces méthodes limitent considérablement la superficie susceptible d’être exploitée par famille. Elles retardent les opérations agricoles et limitent l’efficacité des activités essentielles comme la culture et le sarclage et par conséquent, provoquent la baisse des rendements.

La mécanisation agricole est en hausse en Afrique, remplaçant ainsi les houes à main et la traction animale à travers le continent, rapporte The Conversation. Alors qu’environ 80 à 90% de tous les agriculteurs dépendent encore du travail manuel ou des animaux de trait, la situation est en train de changer, en raison de la baisse des prix des machines et de la hausse des salaires ruraux. Au cours des deux dernières années, les ventes de tracteurs ont augmenté d’environ 10% par an.

Ainsi, dans une étude réalisée avec des agriculteurs du Nigeria, du Bénin, du Mali et du Kenya, des chercheurs ont montré à quel point les tracteurs ont la capacité de contribuer à la sécurité alimentaire en Afrique. De plus, l’utilisation d’un tracteur améliore également la rapidité de l’agriculture. Les activités agricoles peuvent être achevées au moment optimal, ce qui augmente les rendements.

Cependant, malgré les résultats positifs, certains agriculteurs ont noté que la mécanisation peut nuire à la fertilité du sol à long terme, en particulier lorsque la charrue à disques est utilisée. Selon eux, l’utilisation de tracteurs lourds peut déclencher l’érosion et le compactage du sol.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire